PI Services

Le blog des collaborateurs de PI Services

Accès impossible à un serveur de fichier WS 2012 R2 depuis une machine XP ou WS 2003

Symptômes

Les machines utilisant le protocole SMB1 (Windows XP, Windows Server 2003) pour accéder à un partage de fichier ne sont plus en mesure d’accéder à un partage hébergé sur un server Windows 2012 R2.

La mise en domaine de machines utilisant le protocole SMB1 (Windows XP, Windows Server 2003) échoue si le contrôleur de domaine utilisé est hébergé sous Windows Server 2012 R2.

Il est possible de récupérer le type de connexion SMB utilisé entre un client et un serveur avec la commande :

Get-SmbConnection

 

Cause

Par défaut, Windows Server 2012 R2 n’utilise pas le protocole SMB 1, bien que le driver le permettant est présent, il n’est pas chargé au démarrage.

En regardant le tableau suivant, on remarque que seuls les systèmes d’exploitation non-supportés utilisent le protocole SMB1 :

image

(http://blogs.technet.com/b/josebda/archive/2012/06/06/windows-server-2012-which-version-of-the-smb-protocol-smb-1-0-smb-2-0-smb-2-1-or-smb-3-0-you-are-using-on-your-file-server.aspx)

Résolution

Une clé de registre permet de réactiver l’utilisation du SMB 1.

Il faut modifier la valeur de la clé de registre DependOnService :

HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\LanmanServer

La valeur de la clé doit être modifiée de SamSS Srv2 à SamSS Srv.

La clé de registre permet de repositionner le protocole SMB 1 comme une dépendance du service “Server” :

image

SQL Server – Créer un plan de maintenance pour automatiser les sauvegardes

Contexte

SQL Server Management Studio permet la création graphique de différents plan de maintenance qui permettent d’automatiser les tâches d’administration sur les différentes bases de données.

Parmi ces plan de maintenance il existe des tâches préconfigurées de backup des bases. Ces tâches de sauvegardes peuvent se révéler utiles, particulièrement si la solution de backup mise en place n’assure pas la “sauvegarde applicative”.

Cet article présente la mise en place d’un plan de maintenance permettant la sauvegarde FULL d’une ou plusieurs bases de données ainsi qu’un plan de maintenance permettant la suppression des jeux de sauvegardes créés en fonction de la rétention mise en place.

Prérequis à l’utilisation des plan de maintenance

L’exécution des plans de maintenance est réalisée par le service “SQL Server Agent”, il convient de valider que le service est configuré pour démarrer automatiquement depuis la console “services.msc” :

image

Automatiser une sauvegarde FULL

Depuis SQL Management Studio, naviguer vers “Management\Maintenance Plan” puis faire clique-droit, “New Maintenance Plan” :

image

Nommer le plan de maintenance :

image

A l’aide de la “Toolbox” présente à gauche de l’écran, glisser-déposer la tâche “Backup Up Database Task” :

image

Voici les différentes options de configuration d’une tâche de backup FULL :

image

1. Choisir la ou les bases de données à sauvegarder,

2. Choisir “Database'”,

3. Ne pas cocher cette case à cocher, la rétention sera gérée par une tâche de nettoyage,

4. Choisir “Back up to Disk”,

5. Choisir “Create a backup file for every database”

6. Il est possible de créer un répertoire par jeu de sauvegarde,

7. Indiquer le chemin racine de stockage des sauvegardes,

8. Indiquer l’extension “BAK”.

Automatiser le nettoyage des anciens jeux de sauvegarde

A l’aide de la “Toolbox” présente à gauche de l’écran, glisser-déposer, sous la tâche précédemment créée, la tâche “Maintenance Cleanup Task” puis relier les tâches comme dans la capture suivante :

image

Double-cliquer sur la Cleanup Task créée pour la configurer :

image

1. Sélectionner “Backup Files”

2. Choisir l’option de suppression des fichier présent dans un répertoire et disposant d’une extension spécifique,

3. Indiquer le répertoire racine de stockage des fichiers de sauvegarde,

4. Indiquer l’extension utilisée par les fichier de sauvegarde (“BAK” dans le cas présent),

5. Eventuellement inclure les premiers niveaux de répertoires dans la recherche dans le cas où un sous-répertoire a été créé pour chaque base de donnée sauvegardée,

6. Cocher la case “Delete files based on the age of the file at task run time” et indiquer la rétention souhaitée.

Planifier l’exécution automatique du plan de maintenance

Depuis le sous-plan de maintenance créé, cliquer sur le calendrier :

image

Configurer les type de planification souhaitée :

image

1. Choisir la planification “Recurring” et cocher la case “Enabled”,

2. Choisir le type de fréquence souhaitée,

3. Sélectionner le type de fréquence journalière souhaitée.

Après avoir planifié le plan de maintenance, un nouveau Job apparait sous “SQL Server Agent”.

Migrer un partage témoin utilisé par un cluster Microsoft Cluster

Contexte

Migration de l’emplacement d’un FileShare Witness utilisé par un cluster.

Dans le cadre d’une configuration cluster Microsoft Cluster avec un nombre pair de noeuds, l’un des modèles utilisé afin d’assurer une majorité dans le quorum est le “Node and File Share Majority”. Cette méthode – peu couteuse en espace – permet d’utiliser un partage de fichier comme témoin.

Le partage stocke uniquement les information

Cet article présente comment migrer l’emplacement d’un partage  témoin utilisé par un cluster, il s’applique également à tout produit utilisant la technologie Microsoft Cluster.

Modification de la configuration du cluster

1. Afin de récupérer la configuration existante du cluster, il faut exécuter la commande PowerShell suivante :

Get-ClusterQuorum NOMDUCLUSTER

Actuellement, le type de quorum qui devrait s’afficher est “NodeAndFileShareMajority”.

2. Nous allons modifier la configuration du cluster de manière à le passer en “NodeMajority” à l’aide de la commande suivante :

Set-ClusterQuorum –cluster NOMDUCLUSTER –NodeMajority

La commande ci-dessus passe la configuration du cluster à “NodeMajority”, cette configuration est déconseillée lorsqu’un un nombre pair de noeuds est présent dans le cluster.

Valider depuis la console “Failover Cluster Manager Administrative Tool” que la nouvelle configuration a bien été prise en compte puis continuer.

3. La dernière étape va permettre de configurer le cluster en mode “NodeAndFileShareMajority” en indiquant le nouveau partage de fichier à utiliser :

Set-ClusterQuorum –cluster NOMDUCLUSTER –NodeAndFileShareMajority \\NOUVEAU PARTAGEDEFICHIER

Vérification

Valider depuis la console “Failover Cluster Manager Administrative Tool” que la nouvelle configuration a bien été prise en compte, il faut également valider au niveau du partage de fichier qu’une permission “NOMDUCLUSTER$” a bien été créé automatiquement :

image

Retirer l’utilisation du SSLv3 sur un site ASP.NET suite à la faille POODLE

Contexte

La faille POODLE (découverte par une équipe de Google fin Septembre) permet d’extraire depuis une transaction sécurisée en SSLv3 des informations secrètes (cookies, password) lors d’une attaque de type “Man in the middle”.

Suite à la découverte de cette faille, le protocole SSLv3 est maintenant obsolète, il est conseillé sur un serveur WEB, d’interdire l’utilisation de SSLv3 ce qui peut présenter des problèmes de compatibilité.

Explications

Lors d’une connexion à un site WEB, le navigateur et le serveur WEB vont négocier un protocole de chiffrement, le protocole négocié doit correspondre au protocole le plus à jour implémenté par le serveur et le client.

Bien qu’actuellement la grande majorité des navigateurs et des sites WEB implémentent des protocoles plus sécurisées que le SSLv3, il est possible que le protocole SSLv3 soit choisi par “fallback”. Il est également possible pour un utilisateur malveillant qui contrôlerait le réseau entre le client et le serveur de forcer la négociation d’un protocole antérieur au protocole le plus à jour implémenté par le client et le serveur afin d’en exploiter les failles.

Avec la faille POODLE touchant le SSLv3 et contrairement aux failles précédentes rencontrées sur SSLv3, aucun contournement n’est possible. Il faut donc bannir l’utilisation du protocole SSLv3.

C’est dans cette optique que les principaux navigateurs dont Firefox et Google Chrome, annoncent le retrait du support de SSLv3 sur leurs prochains produits.

Résolution sur IIS & ASP.NET

Sur un serveur web utilisant le framework .NET et qui est compatible avec TLS 1.0, il est possible de forcer l’utilisation d’algorithmes de cryptographie compatibles FIPS.

Cela se fait via l’activation de la stratégie locale située dans :

“Paramètres de sécurité locaux/Stratégies locales/Option de sécurité/Stratégie/Chiffrement Système”

image

Après cette modification les protocoles non compatibles FIPS (dont SSLv3) ne pourront être utilisés.

Par défaut, ASP.NET utilise des algorithmes non-compatibles avec FIPS, l’erreur 1309, visible dans le logs des évènements Web, est donc susceptible d’apparaitre :

image

Afin de modifier ce comportement, il faut spécifier au niveau du fichier Web.Config de l’application ASP.NET l’algorithme de cryptographie à utiliser.

Pour ce faire il faut dans la partie <system.web> du fichier Web.Config, ajouter la ligne suivante :

<machineKey validationKey="AutoGenerate,IsolateApps" decryptionKey="AutoGenerate,IsolateApps" validation="3DES" decryption="3DES"/>

Sources :

http://support.microsoft.com/kb/911722

https://blog.mozilla.org/security/2014/10/14/the-poodle-attack-and-the-end-of-ssl-3-0/

PowerShell - Générer un rapport au format HTML (1/2)

Contexte

Cet article a pour objectif de fournir les principales commandes PowerShell afin de créer un rapport, qui, exécuté avec une tâche planifiée, permet de générer automatiquement un rapport HTML envoyé par mail.

Dans cette série de deux articles, nous verrons comment créer deux scripts PowerShell qui permettent de remonter les principales informations pour :

  • Une liste d’un ou plusieurs serveurs HYPER-V,
  • Les machines virtuelles présentes sur un ou plusieurs serveurs HYPER-V.

Compatibilité :

Les scripts présentés dans cette série ont étés testés sur :

  • HYPER-V pour Windows Server 2012R2
  • HYPER-V pour Windows Server 2012

Dans ce premier article nous verrons les principales commandes à maitriser pour générer un rapport HTML à l’aide de PowerShell, ce prérequis est commun aux scripts de rapport des VMs ainsi qu’au script de rapport des Hyperviseurs.

Générer un rapport HTML en utilisant PowerShell

Afin de mieux nommer le fichier HTML l’idéal est de récupérer dans des variables la date et l’heure afin nommer le fichier de manière unique lors de chaque exécution :

image

Pour ajouter le code HTML depuis PowerShell, j’utilise la même variable tout au long du code dans laquelle le code HTML est ajouté à l’aide de l’operator “+=”. Une fois le script terminé, la variable contenant le code HTML est écrite vers le fichier HTML créé.

La ligne suivante permet de créer le fichier HTML vide sur lequel le code HTML vas être écrit :

image

Une fois le fichier HTML créé, il faut – comme pour toute page HTML – commencer par ouvrir les principales balises (html, head) ainsi que préciser l’encodage utilisé. On peut également en profiter pour définir le style désiré pour certaines balises types, ce qui évite d’avoir à préciser les mêmes éléments lors de l’utilisation de ces balises :

image

On peut remarquer l’utilisation de l’expression @" et de "@ qui nous permettent pour une variable au format string d’utiliser plusieurs lignes, ce qui permet d’avoir un code HTML correctement agencé.

Afin d’ajouter le contenu de la variable dans le fichier HTML, il faut utiliser la commande “Add-Content” :

image

Maintenant que le début du fichier HTML est créé, le script doit maintenant récupérer les informations que l’on souhaite faire apparaitre dans le rapport HTML (nous verrons ce point dans la partie suivante de ce post) dans des tableaux que l’on génère au fur et à mesure dans une boucle qui parcoure toutes les ressources (VM ou Hoster) à interroger afin de créer ce type de vue :

image

Le rapport présenté ci-dessus contient 4 tableaux des ressources qui sont regroupés dans un tableau pour des raisons d’affichage.

Afin de maitriser la taille en largeur des tableaux HTML des ressources, on commence par récupérer le nombre de tableau que l’on va générer que l’on divise par la taille du bloc. De cette manière, les tableaux des ressources auront la même taille :

image

La génération des tableaux des ressources est faite à l’aide d’une boucle qui va pour chaque machine de la liste récupérer ses informations puis créer un tableau pour chaque ressource. Avant la boucle, un tableau vide est créé, il faut bien veiller à fermer ce tableau après la sortie de la boucle :

image

Conclusion

Dans cet article, nous avons vu comment faire à l’aide de PowerShell pour générer des rapport HTML.

Le plus important est de bien maitriser l’ordre de génération du code HTML de manière à ce que les balises respectent les règles du format HTML.

Dans l’article suivant, nous verrons comment récupérer les principales informations pour une VM et un hôte HYPER-V afin de les ajouter aux tableaux composant le rapport HTML.

PowerShell - Générer un rapport au format HTML (2/2)

Contexte

Cet article a pour objectif de fournir les principales commandes PowerShell afin de créer un rapport, qui, exécuté avec une tâche planifiée, permet de générer automatiquement un rapport HTML envoyé par mail.

Dans cette série de deux articles, nous verrons comment créer deux scripts PowerShell qui permettent de remonter les principales informations pour :

  • Une liste d’un ou plusieurs serveurs HYPER-V,
  • Les machines virtuelles présentes sur un ou plusieurs serveurs HYPER-V.

Compatibilité :

Les scripts présentés dans cette série ont étés testés sur :

  • HYPER-V pour Windows Server 2012R2
  • HYPER-V pour Windows Server 2012

Dans l’article précédent nous avons vu comment utiliser PowerShell pour générer un fichier HTML. Cet article présenteras les principales commandes PowerShell pour la génération d’un rapport affichant les principales informations des VMs ainsi que des Hyperviseurs.

Créer la liste des serveurs

Afin de préciser le noms des hyperviseurs qui seront interrogés, sans entrer leur noms en dur dans le script – ce qui obligerais à modifier lors de l’ajout ou la modification de serveurs cible – nous passerons par un fichier texte qui seras utilisé par le script. Chaque ligne du fichier contient le nom d’un serveur :

image

 

 

 

 

 

Afin de charger le contenu du fichier texte, il suffit d’en spécifier l’emplacement dans une variable :

image

 

Pour utiliser le fichier dans une boucle, il faut utiliser la commande “Get-Content” :

image

Récupérer les informations des VMs

La fonction “retrieve_virtualmachine_informations” permet pour une VM ($vmname_) et un hyperviseur ($server_) donné de récupérer les informations suivantes :

  • Nom de la VM,
  • Nom de l’hyperviseur,
  • Nombre de vcpu,
  • Informations de la RAM,
  • Nombre d’interfaces réseau,
  • Nombre de disques,
  • Temps d’activité de la VM,
  • Etat de la VM,
  • Délai de démarrage de la VM.

Voici la fonction :

image

Récupérer les informations des hyperviseurs

 

Informations générales :

Récupérer le temps d’activité de la machine :

image

Récupérer les informations de la commande “Systeminfo” et convertir au format CSV avec la fonction “Get-SystemInfo” :

image

Cette fonction seras ensuite utilisée pour récupérer le nom de la machine et son modèle :

image

RAM :

La fonction “Get-SystemInfo” est également utilisée pour récupérer les informations de mémoire disponible et maximum :

image

Disques :

Cette commande permet de récupérer tous les disques :

image

Une fois tous les disques récupérés, il faut pour chaque disque récupérer ses informations :

imagev

Créer les bornes d’avertissement

Afin de disposer d’un rendu visuel permettant de rapidement identifier un problème sur un serveur, il est possible (à l’aide de balises HTML) de colorier des cellules en fonction de la valeur contenue. Cela permet par exemple de rapidement identifier un serveur avec un faible stockage restant ou bien peu de RAM :

image

Tout d’abords, il faut créer les variables contenant la valeur des bornes :

image

Ensuite, lors de la génération du code HTML, il faut sous PowerShell, avec le switch “if” vérifier les trois différents cas (OK, Warninig et Critique), puis à l’aide de la balise HTML “bgcolor” préciser la couleur de la cellule :

image

Exchange 2003 – Configuration du RPC sur HTTP

Contexte

Cet article présent la configuration du RPC/HTTP dans une architecture de type mono-serveur l’unique serveur ayant les rôles suivants :

  • Contrôleur de domaine,
  • Catalogue global,
  • Serveur Exchange,
  • Proxy RPC.

RPC/HTTP permet à une entreprise de relier ses clients Outlook mobile sans mettre en danger son environnement de production par l’ouverture de plusieurs ports (qui sont susceptibles d’être bloqués en sortie dans le réseau du client mobile) les seuls ports utilisés sont les ports TCP 80 ou TCP 443 dans le cas d’une utilisation avec SSL.

Installation du proxy RPC

- Dans « Panneau de configuration » choisir « Ajouter ou supprimer des programmes »

  • Choisir « Service de mise en réseau » puis « Détails » :

clip_image002_thumb1

- Sélectionner « Proxy RPC sur HTTP » puis lancer l’installation (le CD de Windows Server 2003 ou le dossier i386 est requis) :

clip_image003_thumb1

Configuration du répertoire RPC depuis IIS

- Depuis la console IIS (Gestionnaire des Services Internet), afficher les propriétés du dossier RPC :

clip_image004_thumb

- Dans l’onglet « Sécurité du répertoire », cliquer sur le bouton Modifier de la partie « Authentification et contrôle d’accès » :

clip_image005_thumb1

- Dans les Méthodes d’Authentification, décocher la case « Activer la connexion anonyme » et cocher « Authentification de base » :

(Une fois cette modification faite, un message d’information apparait vous signalant que le mot de passe est envoyé en clair via une connexion non-cryptée et est donc visible en utilisant un outil d’analyse de trames, bien sûr, si le SSL est déjà activé sur le site, ce message ne nous concerne pas.)

clip_image006_thumb1

Activation du SSL pour le répertoire RPC

ATTENTION ! : Cette partie nécessite que la configuration d’SSL sur le Site par Défaut IIS soit fonctionnelle, avec un certificat de paramétré. Si SSL n’est pas utilisé cette étape peut être passée.

- Depuis la console IIS (Gestionnaire des Services Internet), afficher les propriétés du dossier RPC,

- Dans l’onglet « Sécurité du répertoire », cliquer sur le bouton Modifier de la partie « Communications sécurisées » :

clip_image007_thumb1

- Cocher les cases « Requérir un canal sécurisé » ainsi que « Exiger le cryptage 128 bits »:

clip_image008_thumb1

Activation du RPC-http depuis la console Exchange

- Depuis la console « Gestionnaire système Exchange » dans le dossier « Serveurs » sur le serveur RPC-http faire clique-droit puis « Propriétés » puis cocher la case « Serveur principal RPC-http :

clip_image010_thumb1

Une erreur spécifiant qu’aucun serveur frontal Exchange n’existe est susceptible d’apparaitre. Ignorer ce message.

Configuration des ports utilisé par le serveur Proxy RPC

ATTENTION ! : Cette partie touche au registre. Avant toute modification du registre, il est fortement conseillé de sauvegarder le registre

La configuration des valeurs de registre suivantes est automatiquement exécutée lors du redémarrage suivant l’installation du Proxy RPC-HTTP (pour Exchange Server 2003 SP2). Cette partie est utile, si un reboot n’est pas envisageable ou si vous souhaitez vérifier la bonne configuration de ces valeurs.

- Chercher la clé de registre « HKEY_LOCAL_MACHINE\SOFTWARE\Microsoft\Rpc\RpcProxy » :

clip_image012_thumb1

- L’attribut « ValidPorts » doit être configuré comme il ceci (le texte surligné en jaune doit être modifié en fonction de vos nom de serveurs :

NomNETBIOSduServeur:6001-6002;

FQDNInterneduServeur:6001-6002;

FQDNExterneduServeur:6001-6002;

NomNETBIOSduServeur:6004;

FQDNInterneduServeur:6004;

FQDNExterneduServeur:6004

 

Par exemple :

  • Domaine : TEST.lab
  • NomNETBIOSduServeur : EXCHANGE-SRV
  • FQDNInterneduServeur : EXCHANGE-SRV.TEST.lab
  • FQDNExterneduServeur : mail.TEST.lab

Soit :

EXCHANGE-SRV:6001-6002; EXCHANGE-SRV.TEST.lab:6001-6002; mail.TEST.lab:6001-6002; EXCHANGE-SRV:6004; EXCHANGE-SRV.TEST.lab:6004; mail.TEST.lab:6004

Active Directory – Prise en charge des scénario du type “USN Rollback”

Contexte

Suite à la restauration d’un snapshot ou d’une sauvegarde d’un contrôleur de domaine virtuel, l’erreur USN Rollback peut apparaître.

L’USN (Update Sequence Number) permet un versionning des objets utilisé par l’annuaire Active Directory, chaque modification d’un objet AD depuis un contrôleur de domaine va incrémenter le numéro USN de l’objet. En comparant entre les différents DCs leur numéro d’USN il est possible de déterminer quelle base est la plus à jour.

Lors d’une restauration d’un DC virtuel, et si l’outil de sauvegarde utilisé ne supporte pas la restauration Active Directory, il est probable qu’une erreur USN soit provoquée.

Les autres contrôleurs de domaine – en comparant leur numéro USN – vont détecter le DC restauré comme n’étant pas à jour en ne répliqueront pas avec lui.

Eviter l’USN Rollback

Les solutions suivantes permettent d’éviter une situation d’USN Rollback :

  1. Utiliser une solution de sauvegarde avec prise en charge de l’AD,
  2. Ne pas restaurer des backup dont la date excède le “Tombstone lifetime” qui est de 60 jours par défaut,
  3. Utiliser un contrôleur de domaine virtuel sous Windows Server 2012 ou ultérieur. Windows Server 2012 ajoute au contrôleurs de domaine un attribut supplémentaire (qui est géré par Hyper-V 2012) et qui évite l’USN rollback lors de la restauration d’un snapshot.

 

Symptômes de l’USN Rollback

    • La commande ”repadmin /showutdvec” retourne de différents numéros d’USN,
    • Le service NETLOGON est en pause,
    • La valeur de la clé “DSA Not Writable” est à “4”,
    • Les erreurs 2095 (NTDS Replication), 2013 (NTDS General), 2103 (USN Rollback),
    • Les réplication entrantes/sortantes sont désactivées (visible à l’aide de la commande repadmin /showrepl ),

    Résolution

    Microsoft préconise (après l’apparition d’un USN Rollback) de retirer le contrôleur de domaine défaillant, après avoir transféré les éventuels rôles FSMO qu’il héberge (NTDSUtil permet de transférer les rôles ou de les saisir s’il est impossible de les transférer correctement).
    Egalement dans le cas où la de-promotion du contrôleur de domaine ne se passe pas correctement, il faudra s’aider du switch “/forceremoval” de al commande DCPromo. Il faudra aussi bien penser à nettoyer les métadonnées du contrôleur de domaine défaillant, depuis un contrôleur de domaine fonctionnel.
    L’idéal est – lorsque l’on souhaite restaurer le snapshot d’un contrôleur de domaine alors que le snapshot ne supporte pas la VM-GenerationID – de démarrer le contrôleur de domaine directement en mode DSRM. Une fois démarré en mode DSRM, mettre la valeur de registre “database restored from backup” à “1”.
    Si le contrôleur de domaine a déjà été démarré en mode “normal”, il faudra le retirer (après avoir pris soin de récupérer les rôles hébergés).
    (Source :

DFS-R–Créer un rapport de réplication

Contexte

Afin de suivre l’état des partages répliqués en DFS-R – comme par exemple le partage SYSVOL depuis Windows Server 2008 – il est possible d’utiliser la fonction intégrée à DFS Management et qui permet de générer une page HTML synthétisant l’état de la réplication.

Voici les trois tests proposés par la fonction de diagnostique de DFS Management :

  • Test de propagation : Permet de vérifier la bonne réplication d’un fichier de test,
  • Rapport de propagation : Génère le rapport de propagation du fichier de test utilisé lors du Test de propagation,
  • Rapport de santé : Génère un rapport présentant les éventuels erreurs/warnings des serveurs membres ainsi que le bon fonctionnement de la réplication (en affichant par exemple le gain réseau par rapport à une réplication classique de type FRS).

Cet article ne traitera que de la fonction “Health Report”.

    Créer un rapport de santé (GUI)

    Depuis la console “DFS Management” dans la partie “Replication”, choisir le lien de réplication que l’on souhaite vérifier, puis faire clique-droit et choisir “Create Diagnostic Report” :
image

 

La page suivante propose les trois tests mentionnés plus haut, choisir “Health Report” :

image

La page suivante affiche le nom du rapport qui sera généré, et nous permet d’en choisir l’emplacement :

image

Choisir les membres que l’on veut voir apparaitre dans le rapport de santé dans la partie “Included members” :

image

La page suivante permet de spécifier deux points importants dans l’exécution du rapport (dans cet exemple, seule l’option “Count backlogged files” sera utilisée) :

1. Les “backlogged files” (qui sont les fichiers à répliquer) doivent-ils être comparés pour vérifier que tous les serveurs répliquent correctement les nouveaux changements ?

Pour ce test, un membre de référence doit être indiqué, il s’agira du membre dont les fichiers sont les plus à jour.

2. “Count the replicated files and their sizes in each member” cette option permet de comparer tous les fichiers répliqués ainsi que leurs tailles entre tous les serveurs. Ce qui permet de confirmer que les fichiers sont bien les mêmes entre les différents serveurs.

Dans le cas où plusieurs fichiers sont présent, le comptage de tous les fichiers peut se montrer lent et consommateur en ressources.

image

Terminer l’assistant de création de rapport puis le rapport s’affiche via votre navigateur par défaut (le rapport au format HTML est disponible à l’emplacement spécifié à la seconde page de l’assistant).

Créer un rapport de santé (PowerShell)

Il est également possible d’utiliser PowerShell pour la création de rapport de santé dont la génération peut être automatisée à l’aide d’une tâche planifiée.

Voici la commande utilisée :

DfsrAdmin.exe Health New /RgName:$Nom_du_groupe_de_replication
/RefMemName:$MEMBRE_DE_REFERENCE /RepName:"C:\DFSReports\report1.html" /FsCount:true

  • /RgName : Il faut ici préciser le nom du groupe de réplication que l’on souhaite monitorer.
  • /RefMemName : Ce switch permet de déclarer le membre de référence, celui le plus à jour.
  • /RepName : Emplacement de stockage du rapport généré,
  • /FsCount : Permet de spécifier si une comparaison des fichiers ainsi que de leur taille doit être faite ou pas.

Exchange 2013 - Personnaliser la page d’accueil OWA

Introduction

Afin de mieux faire correspondre la page de connexion à votre entreprise, il est possible de la personnaliser pour y intégrer logo et couleur de votre compagnie.

Pour personnaliser l’interface de votre portail OWA, deux principales modification sont à faire, le changement des couleurs en modifiant le fichier “logon.css” et changer les images par défaut de la page web.

Les fichiers désirés se trouvent dans le dossier suivant :

C:\Program Files\Microsoft\Exchange Server\V15\FrontEnd\HttpProxy\owa\auth\15.0.775\themes\resources

 

Dans ce dossier trois fichiers vont nous interesser :

  1. olk_logo_white.png image au format 128x108px
  • owa_text_blue.png image au format 423x55px
  • logon.css

Avant de commencer, le dossier Resources doit intégralement être copié et sauvegardé.

Interface OWA

image

Après modification :

image

Modification du fichier Logon.css

  1. Pour décaler le logon Container :

image

Il arrive que le logonContainer soit décalé, pour configurer sa position, il faut modifier les propriétés “padding” dans la partie ci-dessus.

  1. Modifier la couleur des textbox :

image

Dans cette partie du CSS, on peut modifier les couleurs des deux textbox de la partie LogonContainer.

  1. Couleur partie de droite :

image

  1. Changer la couleur de la sidebar

image

Modification des images

Les images utilisées pour la page OWA sont toutes enregistrées dans le dossier Ressource.

Il suffit de remplacer les images existantes par celles souhaitée en les renommant avec le même nom et en les recardant à la bonne taille (en pixels).