PI Services

Le blog des collaborateurs de PI Services

DirSync – Erreur à l’installation de DirSync sur un serveur Windows Server 2012 R2

La problématique

Lors de l’installation de Windows Azure Active Directory Synchronization (aka “DirSync”) sous Windows Server 2012 R2, l’erreur suivante peut apparaitre :

The minimum version of Windows Powershell required is 2,0.
Please install the minimum version required (or higher) and try again.

image

Cela peut sembler étrange d’autant plus que Windows Server 2012 R2 intègre nativement la version 4.0 de PowerShell.

Explication

Il semble que ce problème soit dû à la localisation du système d’exploitation. En effet sur un système d’exploitation installé en langue française, le caractère séparateur entre les entiers et les décimales est la virgule et non le point.

Or on peut remarque que le message d’erreur indique un problème pour détecter la version PowerShell 2,0 et non 2.0.

Solution

La solution consiste tout simplement à modifier les formats de date, d’heure et de nombre et à les passer sur le format anglais.

image

Il suffit ensuite de fermer, puis de relancer l’installeur de DirSync pour que la modification soit prise en compte et que PowerShell soit bien détecté.

image

N.B. : Ne pas oublier de lancer dirsync.exe avec des droits administrateur (clic droit, puis Run As Administrator), sinon une exception .net apparaît

Windows Server 2012 R2 – Ajout d’un poste au domaine avec un RODC en DMZ

Contexte

L’intégration d’un poste à un domaine Active Directory nécessite un contrôleur de domaine “writable”. Dans le cas où les postes se trouvent avec le RODC dans un site local et que les DC sont dans un site central (via un MPLS sans filtrage réseau par exmple) l’intégration au domaine fonctionne normalement.

Mais dans le cas où le RODC est dans une DMZ (ou un réseau isolé) qui bloque les flux AD depuis le poste vers le DC “writable” il est alors impossible d’ajouter le poste de façon classique au domaine.

Solution

L’ajout du poste à travers le RODC se fait en quatre étapes.

1ère étape :

Il est tout d’abord nécessaire de créer le compte ordinateur sur un DC en lui spécifiant un mot de passe. Pour cela utiliser la commande PowerShell suivante :

1: New-ADComputer -Name <Nom du poste> -AccountPassword (Read-Host -AsSecureString "Password?") -SAMAccountName <Nom du poste> -Enabled $true

2014-01-17_103759

2ème étape :

Ensuite il faut ajouter le poste dans un groupe qui est autorisé à répliquer les mots de passe avec le RODC (par défaut le groupe Allow RODC Password Replication Group).

2014-01-17_103835

3ème étape :

Sur le compte ordinateur du RODC, Propriétés et dans l’onglet Password Replication Policy, cliquer sur Advanced... Ensuite cliquer sur Prepopulate Passwords… et ajouter le compte ordinateur du poste.

2014-03-14_111138 2014-01-17_104040

Il faut maintenant attendre que la réplication se fasse entre le DC et le RODC.

4ème étape :

Il faut maintenant lancer le script disponible à cette adresse http://technet.microsoft.com/fr-fr/library/dd728035(v=ws.10).aspx en indiquant les paramètres suivant :

1: joinscript.vbs /domain <nom du domaine > user <utilisateur> password <mot de passe> /dc <FQDN du RODC> /readonly /machinepassword <mot de passe du compte ordinateur> 

Une fois le script terminé, il faut redémarrer le poste. Au redémarrage il sera intégré au domaine.

Windows Server 2012 R2 – Plantage d’un DC lors d’une modification d’objet AD

Contexte

Lors de la modification d’un objet dans l’Active Directory (exemple : modification sur l’objet KRBTGT lors de l’installation d’un RODC), le Domain Controller redémarre automatiquement de manière inopinée et non planifiée avec ce message d’erreur :

2014-01-03_102252

A la suite du redémarre, les erreurs suivantes se trouvent dans l’Event Viewer :

Application – Wininit – Error 1015 : A critical system process, C:\Windows\system32\lsass.exe, failed with the status code c00000005. The machine must now be restarted.

2014-01-03_102418

Application – Application Error – Error 1000 : Faulting application name: lsass.exe

2014-01-03_102354

Cause

L’erreur est due à un paramètre de l’Audit object access. Ce problème est vraisemblablement un bug de Windows Server 2012 R2.

Solution

Pour résoudre ce problème, il faut désactiver (ou a minima de ne pas inspecter) la journalisation des accès aux objets dans le Local Security Group ou dans une GPO.

Ce paramètre se trouve dans Computer Configuration, Policies, Windows Settings, Security Settings, Local policies, Audit Policy.

2014-01-03_102510

Windows Server 2012 R2 – Mise à niveau d’une version d’évaluation

Contexte

Dans le cadre de projets, il peut arriver que les licences définitives ne soient pas livrées au moment du déploiement des serveurs. Pour ne pas perdre de temps, il est possible d’installer la version d’évaluation de Windows Server 2012 R2 (http://technet.microsoft.com/fr-fr/evalcenter/dn205286.aspx) qui est valable 180 jours et de la mettre à niveau vers une version commerciale une fois la licence acquise.

2014-02-20_182544

Solution

La commande-let DISM permet de mettre à niveau notre version d’évaluation vers une version commerciale (avec licence).

Pour se faire, lancez l’invite de commande en tant qu’administrateur et tapez la commande suivante :

DISM /Online /Set-Edition:<type de version> /ProductKey:<licence> /AcceptEula

2014-02-20_182724

Une fois la commande terminée, il faut redémarrer le serveur.

Remarque : Afin de savoir vers quelle type de version il est possible de mettre à niveau le serveur utilisez la commande DISM /Online /Get-TargetEditions

2014-02-21_095912

Après le redémarrage le serveur n’est plus un serveur d’évaluation et il peut être activé normalement.

2014-02-20_1836482014-02-20_1837312014-02-20_1837382014-02-20_183830

Remarques

1 – Cette commande fonctionne également avec une des nouveautés de Windows Server 2012 R2 : l’AVMA (Automatic Virtual Machine Activation).

2014-02-20_185644

2 – Attention cette mise à niveau ne fonctionne pas si le serveur est un contrôleur de domaine. Pensez donc bien à faire la manipulation avant l’installation du rôle Active Directory Domain Services !

Desired State Configuration (Partie 1) : Introduction et syntaxe

Introduction

Powershell 4.0 (introduit avec Windows 2012 R2) apporte son lot de nouveautés. La plus importante est : Desired State Configuration.

En entreprise, il existe deux problématiques récurrentes au sein d’un système d’informations :

  • L’augmentation du nombre de serveurs
  • Le changement

Desired State Configuration apporte une solution à ces questions en proposant une solution pour l’automatisation des déploiements et la maintenance des serveurs (contrôle et retour en conformité).

Avec cette fonctionnalité, il sera possible de déployer rapidement et à grande échelle des améliorations à une infrastructure, tout en s’assurant que les systèmes ne varient pas au cours du temps.

Par exemple, on peut vouloir s’assurer qu��un groupe de serveurs web possède :

  • le rôle adéquat correctement configuré,
  • les services nécessaires démarrés
  • les sources valides d’un site web copiées dans le bon répertoire
  • la bonne adresse IP pour chaque serveur.

DSC permet de configurer un serveur via un script au travers d’une syntaxe simple (similaire aux fonctions Powershell). Les possibilités de configuration sont infinies (rôles, groupes et utilisateurs locaux, registre…). Cette configuration peut se faire en local ou à distance. De plus, au delà de la première application de la configuration du serveur, il existe des mécanismes de contrôles. Avec Desired State Configuration, Windows peut automatiquement vérifier si sa configuration est correcte et la remettre à niveau s’il y a eu un changement anormal. Ainsi, les dérives de configuration sont évitées !

    Pour appliquer une configuration, il existe deux modes :

  • Push : La configuration est envoyé au serveur
  • Pull : La configuration est demandé par le serveur client vers un serveur centrale qui gère toutes les configurations possibles.

Grâce au scripting il va être possible d’appliquer des configuration à des groupes de serveurs.

DSC est basé sur les fichiers “.mof”. Il est possible de les générer de la façon que l’on souhaite (éditeur de texte par exemple). Powershell 4.0 permet de simplifier la génération de ses fichiers notamment grâce à l’auto complétion mais aussi avec syntaxe accessible. Via le module PSDesiredStateConfiguration, on peut créer ses fichiers et les utiliser pour appliquer une configuration.

Cet article fait partie d’une série de 5 billets sur Desired State Configuration :

Desired State Configuration est disponible comme Powershell 4.0 sur Windows 2012 R2/8.1, Winsows 2012/8 et Windows 2008 R2/7.

Les ressources

Les éléments que l’on va pouvoir configurer sont appelés ressources.

Voici quelques exemples de ressources disponibles nativement : l’exécution de services, de clés de registre, de scripts ou de variables d’environnement. Les groupes et utilisateurs locaux ainsi que la copie de fichiers sur un serveur est aussi gérable. Les possibilités sont infinies.

Il est aussi possible de créer ses propres ressources, en définissant la façon de réaliser la configuration sur le serveur et de tester la conformité. Ainsi on peut imaginer une ressource qui s’occupera de la gestion du fichier “hosts”, un autre peut gérer la configuration IP ou même la présence et l’activation de règle firewall.

La liste des ressources disponibles nativement est listé dans le lien suivant : http://technet.microsoft.com/en-us/library/dn249921.aspx

La syntaxe

La syntaxe Powershell implémentée se base sur le mot clé Configuration. Voici un exemple :

001
002
003
004
005
006
007
008
009
010
011
012
013
014
015
016
017
018
019
020
021
022
023
024
025
026
027
Configuration TestDSC 
{ 

  Node WEBSRV01 #Nom du serveur
  { 
    WindowsFeature IIS 
    { 
      Ensure = “Present” #Vérifie que le rôle est présent
      Name = “Web-Server” #Nom du rôle ou de la fonctionnalité à vérifier
    } 

    File DirectoryCopy
    {
        Ensure = "Present" #Vérifie que les fichiers/dossiers sont présents
        Type = "Directory" #Type d'objet à vérifier
        Recurse = $true #Inclus les fichiers/dossiers enfants
        SourcePath = "\\FILESRV01\MyWebSite" #Chemin des sources
        DestinationPath = "C:\inetpub\wwwroot\MyWebsite" #Destination où doivent se trouver les données
    }
   
    Group ViewerGroup
    {
        Ensure = "Present" #Vérifie qu'un groupe est présent
        GroupName = "Viewer" #Nom du groupe
    }
  } 
}

La déclaration se fait donc via des blocs entre accolades. Dans un bloc de type Configuration, on a un ou plusieurs blocs Node. Pour chaque bloc Node, un fichier MOF sera généré. A côté de ce mot clé, on inscrit le nom du serveur qui possédera cette configuration. A l’intérieur de chacun de ses blocs se trouvent les ressources que l’on souhaitent configurer. Dans l’exemple précédent, on retrouve dans l’ordre les 3 ressources suivantes :

  • WindowsFeature : S’assure que le rôle IIS est installée.
  • File : Vérifie que les fichiers sont bien présents sur le répertoire de destination.
  • Group : Constate que le groupe local Viewer existe.

Dans le cas où l’une des ressources retournerait un résultat incorrect alors l’opération serait réalisée afin de mettre l’ordinateur en conformité. Par exemple, pour les sources du site web (Ressource WebsiteDirectory), le fichier de configuration possède le chemin source et la destination.

Pour générer le fichier MOF, il faut appeler notre configuration comme une fonction Powershell :

001
TestDSC -OutputPath c:\DSCConfig

Le paramètre OutputPath (facultatif) définie le dossier où vont être stockés les fichiers de configuration. Le fichier créé portera le nom de la machine portant cette configuration (ici WEBSRV01).

A l’instar des fonctions, on peut utiliser des paramètres. Voici, un exemple similaire au précédent où l’on spécifie la source et la destination des fichiers du site web ainsi qu’une liste de nom d’ordinateur auxquels appliquer cette configuration.

001
002
003
004
005
006
007
008
009
010
011
012
013
014
015
016
017
018
019
020
021
022
023
024
025
026
027
028
029
030
031
Configuration TestDSC 
{ 
 
  param(
    [Parameter(Mandatory=$true)]
    [String[]]$Computers,
    [Parameter(Mandatory=$true)]
    [String]$SourceWeb,
    [Parameter(Mandatory=$true)]
    [String]$DestinationWeb 
  )

  Node $Computers 
  { 
    WindowsFeature IIS 
    { 
      Ensure = “Present” 
      Name = “IIS-Server” 
    } 

    File DirectoryCopy
    {
        Ensure = "Present"
        Type = "Directory"
        Recurse = $true 
        SourcePath = $SourceWeb
        DestinationPath = $DestinationWeb 
    }

  } 
}

Il y aura autant de fichiers MOF générés que de noms dans le paramètre Computers. Voici la commande pour créer les fichiers MOF :

001
002
003
TestDSC -Computers @("WEBSRV01","WEBSRV02","WEBSRV03") `
-SourceWeb "\\FILESRV01\MyWebSite" -DestinationWeb "C:\inetpub\wwwroot\MyWebsite"`
-OutputPath c:\DSCConfig

Application d’une configuration

Ici, nous allons aborder brièvement l’application d’une configuration en local via le mode Push. Le détail de ce mode est expliqué dans la partie 2 de l’article sur Desired State Configuration. On utilise la commande Start-DscConfiguration. Voici l’explication des paramètres utilisées dans la commande ci-dessous :

  • Wait : Ne rend pas la main à l’utilisateur tant que la commande est en cours d’exécution (Par défaut l’exécution de DSC se fait en arrière plan).
  • Verbose : Affiche les opérations effectuées.
  • Path : Le dossier où se toruve le fichier MOF (DSC choisi le fichier portant le nom de l’ordinateur).
001
Start-DscConfiguration -Wait -Verbose -Path C:\DSCConfig

Il ne peut y avoir qu’une configuration active par machine. Si une seconde configuration est appliquée, il n’y aura plus de contrôle de conformité sur les ressources non présentes dans la nouvelle configuration.