PI Services

Le blog des collaborateurs de PI Services

Exchange 2013 CU8 – Le service Microsoft Exchange Search Host Controller ne démarre pas

Contexte

Sur un serveur Exchange 2013 (CU8), le service Microsoft Exchange Search Host Controller ne démarre pas et dans le journal d’évènements l’erreur suivante est présente :

Source : Application Error
Evènement : 1000
Nom de l’application défaillante hostcontrollerservice.exe
 

2015-05-13_183652

Solution

Le problème semble provenir d’une corruption des fichiers du dossier <X:>\Program Files\Microsoft\Exchange Server \V15\Bin\Search\Ceres\HostController\Data.

Il existe un script Exchange qui reconstruit ce dossier. Pour ce faire, renommez l’ancien dossier Data en DataOld.

2015-05-13_183745

Puis lancez les commandes suivantes dans une console PowerShell Exchange :

  • cd X:\Program Files\Microsoft\Exchange Server \V15\Bin\Search\Ceres\Installer
  • .\installconfig.ps1 –action –i –dataFolder X:\Program Files\Microsoft\Exchange Server \V15\Bin\Search\Ceres\HostController\Data
    La commande renvoi un Successfully configured Search Foundation for Exchange.

2015-05-13_183755

Le service a normalement démarré automatiquement.

2015-05-13_183828

Exchange 2013 CU6 – Le service Microsoft Exchange Replication ne démarre plus

Contexte

Sur un serveur Exchange 2013 CU6, le service Microsoft Exchange Replication ne démarre pas et dans le journal d’évènements l’erreur suivante est présente :

Source : MSExchangeRepl
Event ID : 4401
Microsoft Exchange Server Locator Service failed to find active server for database <MailboxDatabase GUID>. Error: An Active Manager operation failed. Error: Invalid Active Manager configuration. Error: Active Manager hasn't completed configuration initialization.

De plus la commande Get-MailboxDatabaseCopyStatus renvoie toutes les bases en ServiceDown.

image001

Solution

Ce problème provient d’anciennes entrées corrompues dans le journal d’évènements (dans le crimson channel log plus précisément).

L’installation du CU7 d’Exchange 2013 résout ce problème. Cependant si vous souhaitez résoudre le problème sans passer le CU7, suivez la procédure ci-dessous.

Depuis un invite de commande (en administrateur) lancez la commande suivante :

Wevtutil.exe cl “Microsft-Exchange-MailboxDatabaseFailureItems/Operational”

image003

Le service redémarre automatiquement et les réplications entre les MailboxDatabases reprennent normalement.

image004

Exchange 2013 – Modification du Low Disk Space Monitor

Contexte

Depuis un serveur Exchange 2013, l’état du LowLogVolumeSpaceMonitor est en Unhealthy lors de l’exécution de la commande suivante :

Get-ServerHealth – Identity EXCHANGESERVER | ?{$_.AlertValue –eq "Unhealthy" }

1

Explications

Par défaut dans Exchange 2013 (CU6 ou plus récent), la valeur d'alerte pour le stockage des banques est paramétrée à 180 Go. Ce qui signifie qu'il faut au minimum 180 Go d'espace libre par banque.

Solution

Il est cependant possible de paramétrer cette valeur manuellement. Pour cela, ajouter la clé suivante au registre Windows :

Nom : SpaceMonitorLowSpaceThresholdInMB
Chemin : HKEY_LOCAL_MACHINE\Software\Microsoft\ExchangeServer\v15\Replay\Parameters
Type : DWORD
Valeur : L'espace libre voulu en Mo. Par exemple 50000 pour 50 Go.

2

Pour que la modification soit prise en compte il est nécessaire de redémarrer le service Microsoft Exchange DAG Management.

3

Exchange 2013 CU6 – Problèmes lors de la coexistence avec Exchange 2007

Contexte

Lors d’une migration d’Exchange 2007 vers Exchange 2013 CU6 (dernière version en date) certains problèmes sont rencontrés lors de la coexistence entre les deux systèmes.

Problématique

Les problèmes rencontrés sont les suivants :

  • Problèmes de cohabitation sur le protocole ActiveSync
  • Bascule des bases de données Exchange de façon aléatoire

Ces deux problèmes sont résolus par deux hotfix que Microsoft délivre seulement sur demande au support :

Cependant le passage de ces correctifs peut engendrer deux nouveaux problèmes :

  • Impossibilité d’accéder à l’OWA
  • Impossibilité d’écrire un mail dans OWA

Solution

Pour résoudre ces problèmes il faut se connecter sur le serveur Exchange puis identifiez les deux dossiers suivants :

  • Microsoft\Exchange Server\V15\ClientAccess\Owa\prem\15.0.995.31
  • Microsoft\Exchange Server\V15\ClientAccess\Owa\prem\15.0.995.29
    exchange

Le contenu des dossiers doit être identique. Sauvegardez le contenu du dossier 15.0.995.31 puis copiez les éléments du dossier 15.0.995.29 vers le dossier 15.0.995.31.

N.B : Le CU7 d’Exchange 2013, disponible très prochainement, devrait intégrer les deux correctifs (KB2997847 et KB2997203).

Equilibrage des BAL sur les bases Exchange

Contexte

Dans un environnement de production avec Exchange, il peut arriver que l’ensemble des boites aux lettres utilisateurs ne soient pas bien réparties sur l’ensemble des bases. Afin d’éviter tout déséquilibre, il convient de rééquilibrer les bases. Mais ce travaille peut s’avérer fastidieux et long suivant votre organisation.

Je vais donc partager ici la solution mise en œuvre chez un client pour corriger cela très simplement.

Solution

Voici comment le script fonctionne pour répartir les BAL sur l’ensemble des bases :

  1. Récupération de toutes les BAL stockées sur les bases à répartir
  2. Calcul du nombre moyen de BAL par base
  3. Classement des bases suivant le nombre de BAL actuel
  4. Répartition des BAL suivant cette règle : Si le nombre de BAL dans une base est supérieur à la moyenne calculée, alors déplacement des BAL dans une base sous allouée, jusqu’à obtenir l’équilibre dans cette base. Cette règle est appliquée pour chaque base au dessus de la moyenne.
  5. A la fin du script, un fichier script PowerShell est généré avec les commandes New-MoveRequest qui vont bien.
  6. Il ne reste plus qu’a lancer ce script pour obtenir un équilibrage parfait.

 

Script

Le script ci dessous utilise le fichier “Source-DBBalanceScript.txt” qui doit être disponible dans le même dossier que le script. Voici le contenu de ce fichier :

Identity
EXCH-MBX-DAG1-DB01
EXCH-MBX-DAG1-DB02
EXCH-MBX-DAG1-DB03
EXCH-MBX-DAG1-DB04

A vous de mettre dans ce fichier les bases que vous voulez équilibrer. Les bases qui ne sont pas mises dans ce fichier, ne seront pas traités. Idéal si vous avez une ou deux bases de tests qui ne doivent pas être utiliser en production.

Conclusion

Avec ce script, l’ensemble de vos bases sont correctement réparties afin de corriger les dérives.

Attention, ce script ne prend en compte que le nombre de BAL par base Exchange. La volumétrie des BAL n’entre pas en compte dans le calcul de l’équilibrage. Il s’agit là d’un équilibrage sur le nombre de BAL et pas sur le volume.

Obtenir des statistiques sur les appareils ActiveSync connectés à votre serveur Exchange

Contexte

Si vous ne disposez pas de logiciel de reporting pour votre infrastructure Exchange et que vous n’avez pas spécialement changer les paramètres de base pour ActiveSync, sachez que chaque utilisateur peut synchroniser jusqu’a 10 appareils en même temps.

Suivant votre infrastructure, cela peut poser certains problèmes de performances ou de sécurité si ce protocole n’a pas été prise en compte lors du déploiement et que vous avez publié ActiveSync par la suite.

Script

Voici comment obtenir la liste de tous les périphériques enregistrés pour chaque compte utilisateur. Vous obtiendrez par exemple les modèles, date de synchronisation, etc., pour chaque appareil. Tout ce qu’il faut pour faire des statistiques avec votre tableur préféré.

Conclusion

Grâce à ce script, vous allez pouvoir obtenir l’ensemble des informations nécessaire pour connaitre tous les appareils ayant accès à vos serveurs Exchange.

Au vue des résultats de ce script, vous aurez probablement des questions sur les usages et performances ActiveSync sur vos serveurs. N’hésitez pas à nous contacter, nous pouvons vous aider à définir des stratégies et/ou revoir votre infrastructure dans le cadre d’une mode très tendance, je parle du BYOD !

Exchange : Découverte de l'agent de scripting

Introduction

Depuis Exchange 2010, il existe les agents d'extension des Cmdlets. C'est une fonctionalité méconnue (car peu documentée) et pourtant très utile dans beaucoup d'entreprise.

Ces agents permettent d'étendre les fonctionnalités de base d'Exchange. Par exemple lors de la création d'une boîte aux lettres, si une base de données n'est pas renseignée alors un agent se charge d'en choisir une automatiquement. Quelque soit le mode d'administration (Powershell ou via la console graphique EMC), l'agent se lancera. Cela vient entre autre du fait que la console Exchange ne fait qu'exécuter du Powershell en tâche de fond. Il est possible d'obtenir la liste de ces agents en exécutant la Cmdlet suivante dans une session Powershell Exchange :

Voici le résultat obtenu sur une infrastructure sans paramétrage particulier de ces agents :

Exchange Extension Agent Listing

Il existe de nombreux agents ; notamment pour la gestion de l'OAB ou des boîtes aux lettres. Dans le résultat obtenu, 2 attributs vont nous intéresser : l'activation et la priorité. Le premier permet simplement de savoir si l'agent est actuellement utilisé ou non. Le second concerne l'ordre d'application. En effet, plusieurs agents peuvent agir sur la même chose (par exemple : le choix de la base de données pour une boîte aux lettres). La priorité permet de définir l'agent qui sera utilisé (celui qui a la priorité la plus basse, les autres ne seront pas utilisés). Pour changer la priorité d'un agent, il suffit d'utiliser la commande suivante :

L'agent qui nous intéresse dans cet article est le "Scripting Agent". Nous allons voir comment l'utiliser ainsi que quels exemples d'utilisation.

L'agent de script

A contrario des autres agents, l'agent de scripting est entièrement customisable par les administrateurs Exchange. Typiquement, il va nous permettre par exemple, de réaliser certaines actions au moment de la création d'une boîte aux lettres et donc de l'exécution de la commande New-Mailbox ou Enable-Mailbox (activer/désactiver POP3/Single item recovery etc, création d'une boîte d'archive, envoi d'un mail automatique à l'utilisateur). On peux aussi imaginer un export automatique de la boîte aux lettres au format PST lorsque la commande remove-mailbox sera lancée. D'autres types d'actions sont réalisables. Elles seront détaillées plus loin dans cet article. Tout type de script Powershell peux être intégré.

Par défaut l'agent de scripting n'est pas activé. C'est pourquoi, on utilise la commande :

Cette commande active l'agent de scripting sur tous les serveurs Exchange de l'organisation.

Attention : Le fichier de configuration doit être présent sur tous vos serveurs Exchange. En effet, si l'agent de scripting est activé et que l'un des serveurs ne possède pas le fichier alors des erreurs peuvent survenir lorsque l'on appelle une commande Powershell ou lorsqu’on lance la console Exchange (impossibilité de se connecter au serveur ne possédant pas le fichier de configuration).

L'agent de scripting ne possède aucune configuration par défaut. Il convient aux administrateurs Exchange de la créer. Celle-ci se fait au travers du fichier ScriptingAgentConfig.xml qui doit être positionné dans le dossier C:\Program Files\Microsoft\Exchange Server\V14\Bin\CmdletExtensionAgents (à moduler suivant le répertoire d'installation d'Exchange). Un exemple existe dans ce même répertoire nommé ScriptingAgentConfig.xml.sample).

Ce fichier contiendra tous nos scripts d'automatisation. Regardons maintenant la hiérarchie de ce fichier XML :

La balise Configuration contient l'ensemble des scripts qui seront utilisés par l'agent de scripting. C'est la balise racine.

Les balises Feature contiennent chaque fonctionnalité que l'on souhaite ajouter. Il peut y en envoir plusieurs au sein d'une balise Configuration. Elle possède chacune 2 attributs :

  • Name : pour le nom que l'on souhaite donner à notre fonctionnalité)
  • Cmdlets : permet de spécifier les Cmdlets Powershell Exchange qui vont déclencher la fonctionnalité. S'il y en a plusieurs, elles doivent être séparées par des virgules (Exemple : "New-Mailbox,Enable-Mailbox").

La balise API Call précice à quel moment la fonctionnalité se déclenche. Elle contient aussi le script qui sera lancé au déclenchement. Il peux y en envoir plusieurs au sein d'une balise Feature. Elle possède un attribut Name qui peut avoir 4 valeurs possibles :

  • OnComplete : Le script fourni sera exécuté lorsque la commande appelé aura déjà été exécuté. Exemple : Après la création d'une boîte aux lettres, on souhaite envoyer un mail de bienvenu à l'utilisateur et activer le Single Item Recovery.
  • Validate : Utile lorsque l'on souhaite valider des attributs. Le script se déclenchera avant l'exécution de la commande. Exemple : On souhaite être sur que les attributs Location et Phone ont été renseignés ou qu'ils respectent une certaine nomenclature pendant la création d'une boîte aux lettres. Ainsi l'administrateur recevra une erreur lors de l'exécution de la commande comme si ces attributs étaient obligatoire. Lorsque le retour est $null alors l'étape de validation est un succès.
  • ProvisionDefaultProperties : Cela permet de définir des valeurs par défaut pour les propriétés d'un objet. Exemple : Lorsque l'on crée une boîte aux lettres Exchange, on peux imaginer une règle qui choisit automatiquement la base de données en fonction de la première lettre du nom de la personne. Attention, dans cet exemple, il est nécessaire de désactiver l'agent Mailbox Resources Management ou de baisser sa priorité en dessous de celle de l'agent de scripting. En effet, l'agent Mailbox Resources Management est en charge de l'attribution automatique d'une base de données si aucune n'est renseignée.
  • UpdateAffectedIConfigurable : Cette API offre la possibilité de définir des propriétés juste avant l'opération de validation.

L'ordre d'exécution des différentes API lorsque l'on exécute une commande Exchange est le suivant  :

ProvisionDefaultProperties - UpdateAffectedIConfigurable - Validate – OnComplete

L'exécution de la commande Powershell Exchange a lieu entre les étapes Validate et OnComplete.

Enfin la balise Common permet de définir des fonctions Powershell pouvant être utilisées dans les scripts des balises ApiCall (A utiliser comme une librairie). On peut aussi charger ses propres scripts Powershell.

La mise en forme du fichier ScriptingAgentConfig.xml est importante. En effet, il apparait que lorsque des espaces inutiles sont présents, Exchange génère une erreur similaire à celle ci-dessous :

ScriptingAgent Error

De plus, un événement est généré :

ScriptingAgent Error Event 

Pour ma part, afin d'éviter tout problème, je me suis rendu compte qu’il ne fallait mieux pas commenter les scripts présents dans le fichier xml.

NB : Une fois l'agent de scripting activé, les modifications du fichier ScriptingAgentConfig.xml sont prises en compte automatiquement.

Exemple d'utilisation avec l'événement OnComplete :

Lorsqu'on utilise l'API OnComplete, la variable $succeeded existe si la commande a réussi. Cela permet de gérer les cas d'échecs (il serait impossible d'effectuer un traitement sur une boîte aux lettres qui n'existerait pas).

L’exemple ci-dessous est un fichier ScriptingAgentConfig.xml permettant d’activer la boîte d’archive et le single item recovery lorsqu’une nouvelle boîte aux lettres Exchange est créée (Commande New-Mailbox et Enable-Mailbox). On remarque que l’on accède aux paramètres définis par l’utilisateur via la variable $provisioningHandler qui contient un hastable nommé UserSpecifiedParameters.

Exemple d'utilisation avec l'événement Validate : 

Ce nouvel exemple montre cette fois-ci l'usage de l'API Validate. Ici, lorsqu'une boîte aux lettres de salle est créée, on vérifie que son nom est bien du type : Salle, XX où XX est un nombre. Si le test échoue alors une erreur est retourné avec un message qui sera affiché pour l’administrateur (que l’action soit réalisée via EMS ou l’EMC).

Exchange 2013 SP1 : Retour du rôle Edge

Introduction

Depuis la sortie d’Exchange 2013, le rôle n’avait pas été porté dans cette nouvelle version d’Exchange. Ce qui oblige les entreprises à faire l’upgrade vers Exchange 2013 en conservant les serveurs Exchange Edge en version 2010. Pour rappel, le rôle Edge est apparu avec Exchange 2007.

Depuis février 2014, Microsoft à publier le SP1 d’Exchange 2013 et réintroduit le rôle Edge ! Vous allez maintenant pouvoir mettre à jour vos infrastructures.

Pour rappel, la principale fonctionnalité du rôle Edge est de protéger votre infrastructure de messagerie des spam et virus grâce aux différents agents présent sur le serveur Edge.

Il faut noter qu’avec la version 2013 d’Exchange, la console Exchange de management telle qu’on la connaissait avec Exchange 2010, n’existe plus. La console est remplacée par le portail web ECP. Ce portail n’existe pas sur le serveur Edge. Un serveur Edge 2013 devra donc être administrer uniquement en PowerShell.

Installation

Sur le serveur Edge, quand vous exécutez l’installation, vous pouvez maintenant choisir le rôle Edge. Les outils de gestion s’installent automatiquement ainsi que les prérequis.

image

Installation et configuration

Voici le lien de téléchargement du service pack 1 : http://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=41994.

Une fois que le rôle est installé et le serveur redémarré, vous devez effectuer deux actions : Installer la clé du produit et faire l’abonnement Edge (il est possible de se passer de cette étape)

Installation de la clé produit :

Sur le serveur Edge, dans la console Exchange Management Shell, saisir la cmdlet :

Set-ExchangeServer <NomDuEdge> –ProductKey XXXXX-XXXXX-XXXXX-XXXXX-XXXXX

Pour vérifier l’application de la clé, on peut lancer la cmdlet : Get-ExchangeServer

Créer l’abonnement Edge vers vos serveurs Exchange 2013 :

Sur le serveur Edge, dans la console Exchange Management Shell, saisir la cmdlet :

New-EdgeSubscription -FileName "C:\EdgeSubscriptionInfo.xml"

Sur un serveur Exchange, dans une console Exchange Management Shell, après avoir copié le fichier XML issu du serveur Edge :

New-EdgeSubscription -FileData ([byte[]]$(Get-Content -Path "C:\EdgeSubscriptionInfo.xml" -Encoding Byte -ReadCount 0)) -Site "Default-First-Site"

Maintenant que le serveur Edge est en place, il faut le configurer, voici les principales commandes qui vont vous intéresser :

  • Get-IPBlockListProvidersConfig – Pour spécifier un fournisseur de blacklist
  • Get-SenderFilterConfig – Pour bloquer des expéditeurs
  • Get-RecipientFilterConfig – Bloquer des destinataires
  • Get-ContentFilterConfig – Bloquer du contenu dans les mails

Je vous laisse le soin d’aller voir sur Technet (http://technet.microsoft.com/en-us/library/jj218660(v=exchg.150).aspx) pour savoir comment utiliser ces cmdlets et en découvrir bien d’autres.

Conclusion

Grâce à ce service pack 1 d’Exchange 2013, vous pouvez mettre à jour votre serveur Edge vers la dernière version de manière à avoir un niveau de version homogène.

Nous pouvons vous accompagner dans la mise à jour de votre infrastructure de messagerie Exchange, n’hésitez pas à nous consulter pour un éventuel projet.

Exchange 2013 - Ajouter un disclaimer aux emails

Principe

L’ajout d’un disclaimer dans les correspondances électronique est là pour rappeler le caractère confidentiel du contenu de l’email. C’est un rappel de bonne conduite.

Mise en place

Etape 1 : Se connecter au centre d’administration d’Exchange 2013

Exemple d’URL : https://<votre_serveur_Exchange>/ecp

image 

Etape 2 : Cliquer sur “Flux de messagerie” puis “Règles”

image 

Etape 3: Ajouter une règle

Cliquer sur “+” en dessus des règles, choisir “Créer une règle…”.

image

Etape 4: Configurer la règle

Pour le critère “Appliquer cette règle si…”, choisir l’option “Le destinataire se situe…” et choisir “Hors de l’organisation” comme paramètre.

Pour le critère “Procédez comme suit…”, choisir l’option “Ajouter une exclusion de responsabilité…” et tapez le texte que vous voulez ajouter comme disclaimer en cliquant sur “Entrer du texte…” à droite.

Enfin, sélectionner le paramètre “Ignorer” s’il est impossible d’appliquer l’exclusion de responsabilité.

Pour terminer, cliquer sur Terminer.

image

 

Etape 5: Vérifier que la règle est activée

image

Exemple de disclaimer

Ce message contient des informations confidentielles destinées à la personne mentionnée ci-dessus. Si vous n'êtes pas cette personne, vous n'avez pas l'autorisation de révéler ces informations, de les transmettre à qui que ce soit ou d'en faire des copies. Avertissez l'expéditeur immédiatement et détruisez cet e-mail.

Conclusion

De cette manière, vous pouvez ajouter un message de sécurité de façon simple et centralisé. Vous avez aussi la garantie que le message soit appliqué à tous les mails sortant de votre organisation et sans devoir le gérer par les signatures mails de chacun.

Petite information, un mail non chiffré contenant un disclaimer n’a aucune valeur juridique, c’est comme envoyer une carte postale sans enveloppe. Pensez donc à chiffrer vos emails.

Interaction Powershell - Exchange Web Services

Introduction

Avec Exchange 2010, pour certains besoins bien spécifiques, il se peut que les cmdlets Powershell soit limitées. Cependant, il existe aussi les Exchanges Web Services. Bien entendu, quand on parle des Exchange Web Services, on pense au C# et à un développement complexe. Cependant, on n'oublie souvent que Powershell permet d'exécuter du C#.
Il sera donc question d'accéder aux EWS via Powershell. Il s'agit surtout d'une introduction car les possibilités de scripting sont infinies. L'exemple mis en œuvre dans cet article montrera comment accéder à un dossier bien spécifique pour le purger suivant les dates de réception des emails. Cela permettra entre autres de voir le langage AQS permettant la recherche d'objets dans une boîte aux lettres Exchange.

Prérequis

Avant toute chose, pour manipuler l'API Exchange Web Services, il est nécessaire d'installer le package correspondant sur le poste qui exécutera le script. Il est trouvable en suivant ce lien : http://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=28952

Attention si vous utilisez, Exchange 2013, il faut prendre cette version :
http://www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=35371

Il sera ensuite nécessaire d'ajouter dans chacun des scripts qui sera réalisé la dll permettant d'interagir avec les Web Services. Pour rappel, cela se réalise via la commande Powershell Add-Type :

001
002
003
Add-Type -path "C:\Program Files\Microsoft\Exchange\Web Services\1.2\Microsoft.Exchange.WebServices.dll"


AQS ou Advanced Query Syntax:

Le langage AQS permet de réaliser des recherches dans les objets d'une boîte aux lettres Exchange. Il est très simple à prendre en main.

Pour comprendre toutes les possibilités de ce langage voici le lien MSDN dédié :
http://msdn.microsoft.com/en-us/library/ee693615.aspx

Grâce à ce langage il va être possible de rechercher des éléments :
- par type (emails, réunions, notes, contacts, ...)
- par date (réception ou envoi)
- par propriété d'un email (champ from, to, cc, subject, body, ...)

L'exemple suivant permet de rechercher des emails ayant été reçu le 3 Septembre 2013 :
"Kind:email AND Received:03/09/2013"

On remarque l'opérateur AND qui permet de prendre en compte 2 propositions. Il en existe d'autres comme le OU (l'une ou l'autre des propositions) et le NOT (l'inverse d'une proposition).

Script commenté

Il s'agit ici d'un script où l'utilisateur se connecte à une boîte aux lettres sur laquelle il possède des droits et dont les messages du dossier nommé Personnel seront supprimées s'ils datent de plus de 30 jours. Aussi, pour chaque dossier, il affiche la taille de celui-ci en Ko. Cette dernière opération est aussi faisable via la commande EMS Get-MailboxFolderStatistics mais avec cette exemple nous n'aurons pas besoin d'installer ces outils mais seulement l'API EWS beaucoup plus légère.

001
002
003
004
005
006
007
008
009
010
011
012
013
014
015
016
017
018
019
020
021
022
023
024
025
026
027
028
029
030
031
032
033
034
035
036
037
038
039
040
041
042
043
044
045
046
047
048
049
050
051
052
053
054
055
056
057
058
059
060
061
062
063
064
065
066
067
068
069
070
071
072
#Mailbox à traiter
$MailboxName = 'j.dupont@myenterprise.fr'

# A installer avant : www.microsoft.com/en-us/download/details.aspx?id=28952
try{
    Add-Type -path "C:\Program Files\Microsoft\Exchange\Web Services\1.2\Microsoft.Exchange.WebServices.dll"
}catch{

}

#On spécifie la version des web services
$Version = [Microsoft.Exchange.WebServices.Data.ExchangeVersion]::Exchange2010_SP2
$Service = New-Object Microsoft.Exchange.WebServices.Data.ExchangeService($version)

#On utilise les credentials avec lesquels on est connecté
$Service.UseDefaultCredentials = $true

#On récupère la configuration Autodiscover pour se connecter à la BAL
$Service.AutodiscoverUrl($MailboxName,{$true})

#On récupère l'ID du dossier
$RootFolderID = new-object Microsoft.Exchange.WebServices.Data.FolderId([Microsoft.Exchange.WebServices.Data.WellKnownFolderName]::Root,$MailboxName)

#On se connecte au dossier via la connexion que l'on a initialisé
$RootFolder = [Microsoft.Exchange.WebServices.Data.Folder]::Bind($Service,$RootFolderID)

#On limite le nombre de dossier à analyser à 1000 (sinon problème de throttling)
$FolderView = New-Object Microsoft.Exchange.WebServices.Data.FolderView(1000)

#On définit un ensemble de propriété à récupérer en même temps que nos dossiers
$PropertySet = new-object Microsoft.Exchange.WebServices.Data.PropertySet([Microsoft.Exchange.WebServices.Data.BasePropertySet]::FirstClassProperties)
#On crée une propriété de type taille de dossier
$SizeObject = new-object Microsoft.Exchange.WebServices.Data.ExtendedPropertyDefinition(3592,[Microsoft.Exchange.WebServices.Data.MapiPropertyType]::Long)
#On l'ajouter à notre vue de dossier afin que la taille soit aussi récupérée.
$PropertySet.Add($SizeObject); 
$FolderView.PropertySet = $PropertySet;

#On spécifie qu'on analyse l'intégralité de la hiérarchie
$FolderView.Traversal = [Microsoft.Exchange.WebServices.Data.FolderTraversal]::Deep

#On calcule la date d'il y a 30 jours et on la met au format dd/MM/yyyy
$DateOld = ((Get-Date).AddDays(-30)).ToString("dd/MM/yyyy")

#On récupère tous les dossiers
$Response = $RootFolder.FindFolders($FolderView)
#Pour chaque dossier
ForEach ($Folder in $Response.Folders) {
   
    $FolderSize = $null
    #Si la taille est disponible alors on l'export dans la variable $FolderSize
    if($Folder.TryGetProperty($SizeObject,[ref] $FolderSize)){
        $FolderSizeValue = ([Int64]$FolderSize)/1000 
        #On affiche la taille du dossier
        $Message = "Le dossier " + $Folder.DisplayName + " a une taille de $FolderSizeValue Ko"
        Write-Host $Message
    }else{
        $Message = "Taille du dossier " + $Folder.DisplayName +" introuvable."
        Write-host $Message
    }

    #On compare le display name avec la valeur recherchée
    if($Folder.DisplayName -eq "Personnel"){
        #Si le dossier est bien Personnel alors on récupère tous les mails selon les critères de date définies
        $Items = $Folder.FindItems("Kind:email AND Received:<$DateOld",$ItemView) 
        #Pour chaque email trouvée
        ForEach($Item in $Items){
            #On le supprime définitivement (à décommenter pour que ce soit effectif)
            #$Item.Delete([Microsoft.Exchange.WebServices.Data.DeleteMode]::HardDelete)
        }
    }
}

 

On remarque l’opérateur “<” (inférieur à) dans la requête AQS qui permet de spécifier tout ce qui se trouve avant cette date.

On peut accéder aux dossiers publics, modifier, supprimer, créer, tout type d'objet y compris des dossiers. Il est aussi possible de récupérer différentes informations comme la taille d'un dossier. Il est aussi possible d'analyser les pièces jointes pour supprimer celle dont l'extension est d'un certain type. Il est donc possible d'imaginer plein de scripts comme des tâches planifiées effectuant des traitement sur des boîtes aux lettres.