PI Services

Le blog des collaborateurs de PI Services

Exchange Online – Erreur avec les listes de distribution dynamiques et le filtre UsageLocation

Contexte

Dans Exchange Online il est possible de créer des listes de distribution dynamiques en se basant sur l’attribut UsageLocation. Cet attribut est défini par l’administrateur lors de l’attribution d’une licence à un utilisateur.

2017-11-21_151051

Cependant lorsque vous créez une liste de distribution il se peut que le filtre ne fonctionne pas et que l’erreur suivante apparaisse lorsque vous tentez de lister les membres de la liste :

2017-11-21_144233

Explications

Lorsque l’on regarde le filtre via la commande Get-DynamicDistributionGroup “dl_language_it” | fl recipientfilter on remarque que la valeur pour l’attribut UsageLocation est en Français. Ceci est causé par le fait que l’outil Microsoft Sign-In Assistant a été installé en Français.

2017-11-21_143648

Même si l’on créé le filtre à l’aide de la norme ISO 3166 (comme décrit dans la KB suivante https://technet.microsoft.com/en-us/library/bb738157(v=exchg.160).aspx), l’outil remplace le code par le texte en Français avant de l’envoyer au serveur Exchange.

Après avoir contacté le support Microsoft, nous avons eu une confirmation de ce problème et une mise à jour doit être apportée dans le code source de l’outil.

Solution

La solution en attendant le fix est de supprimer la liste de distribution et de la recréer depuis une machine où l’outil est installé en anglais. Pour cela, lancez les commandes suivantes :

Remove-DynamicDistributionGroup “dl_language_it”

2017-11-21_144451

New-DynamicDistributionGroup "dl_language_it" -RecipientFilter {UsageLocation –eq “IT”}

La liste des codes ISO pour l’ensemble des pays sont disponibles au lien suivant : https://www.iso.org/obp/ui/fr/

Si l’on vérifie avec la commande Get-DynamicDistributionGroup “dl_language_it” | fl recipientfilter on remarque que l’attribut UsageLocation est maintenant en Anglais.

2017-11-21_144550

Si l’on utilise la commande suivante pour lister les membres, l’erreur n’apparait pas et les membres du groupes apparaissent.

$group = Get-DynamicDistributionGroup ‘”dl_language_it”
Get-Recipient –RecipientPreviewFilter $group.RecipientFilter

2017-11-21_144739

Office 365 migration tenant-to-tenant – Retour d’expérience 1/3

Contexte

Cet article divisé en trois parties est un retour d'expérience sur une migration Office 365 tenant-to-tenant. La première partie traitera de l’architecture et des pré-requis à la migration. La seconde partie traitera du plan d’action et de la migration. Enfin la troisième partie traitera des problèmes rencontrés lors de celle-ci.

Architecture

L’architecture de cette migration est assez simple. Deux environnements similaires contenant chacun Active Directory, Azure AD Connect, ADFS et O365. Le but de la migration est de migrer l’ensemble des données du tenant A vers le tenant B. Les comptes Active Directory ne sont pas migrés et l’ADFS A sera toujours utilisé par les utilisateurs de l’Active Directory A. La synchronisation vers le tenant utilisera bien évidemment le serveur AD Connect B. Enfin les adresses emails garderont le même nom de domaine de la source vers la destination.

Figure 1 – Schéma source de l’architecture

schemaSource

Figure 2 – Schéma cible de l’architecture

schemaCible

Pré-requis

Le premier pré-requis est d’avoir une relation d’approbation inter-forêt entre les deux forêts AD.

La migration tenant-to-tenant nécessite également un outil tiers afin de migrer l’ensemble du contenu des boites aux lettres (emails, contacts, calendrier…).

Un nombre de licences suffisant dans le tenant B est également indispensable pour accueillir les comptes du tenant A.

Enfin il est important d'avoir un compte administrateur global utilisant le domaine par défaut de microsoft (@domaine.onmicrosoft.com).

 

Voilà qui conclut la première partie de mon retour d'expérience. Stay tuned!

Office 365 migration tenant-to-tenant – Retour d’expérience 2/3

Contexte

Cet article divisé en trois parties est un retour d'expérience sur une migration Office 365 tenant-to-tenant.. Voici la seconde partie qui traitera du plan d’action et de la migration.

Plan d’action

Lors de la migration les noms de domaine des adresses emails étant conservés, une coupure de service est obligatoire. Il est donc primordial de bien préparer la migration et d’effectuer en avance de phase toutes les tâches pouvant être traitées pré-migration.

Le plan d’action sera le suivant :

    1. Avoir un export de l’ensemble des données du tenant A. Pour chaque compte connaître son adresse de messagerie, ses alias, ses droits… Idem pour l’ensemble des objets Exchange (boites partagées, listes de distribution, contacts...)
    2. Créer des utilisateurs cloud uniquement dans le tenant B correspondant aux utilisateurs du tenant A. Exemple : john.doe@domainea.com aura un compte john.doe@domaineb.onmicrosoft.com
    3. Assigner des licences aux utilisateurs dans le tenant B
    4. Créer le reste des objets Exchange (attention certains objets peuvent-être synchronisés avec l’AD et d’autre uniquement dans le cloud) du tenant A dans le tenant B
    5. Commencer les migrations via l’outil de migration. Exemple : l’ensemble des mails plus vieux que les 30 derniers jours
    6. Arrêter la synchronisation de l’ensemble des objets de l’Active Directory A vers le tenant A (supprimer la synchronisation des OU dans Azure AD Connect A). L’ensemble des comptes dans le tenant A sont à présent en Soft-Deleted
    7. Utiliser la commande suivante pour restaurer l’ensemble des comptes en tant que comptes cloud uniquement :
      Get-MsolUser –ReturnDeletedUsers –All | Restore-MsolUser
    8. Supprimer l’ensemble des références aux noms de domaine présent sur le tenant A (alias, adresses SIP,…). Tous les objets doivent avoir uniquement des adresses avec l’adresse par défaut de Microsoft
    9. Supprimer les noms de domaine du tenant A
    10. Ajouter les noms de domaine sur le tenant B
    11. Modifier l’UPN des comptes cloud du tenant B pour qu’ils soient égaux aux UPN des comptes de l’Active Directory A.
    12. Créer un nouveau connecteur sur l’AD Connect B pour synchroniser les comptes de l’Active Directory A. Une fois la synchronisation terminée, les comptes cloud du tenant B ont fusionné avec les comptes de l'Active Directory A.
    13. Finaliser la migration via l’outil (attention, les adresses sources et destinations ont changé, il est peut-être nécessaire de les mettre à jour dans l’outil utilisé pour la migration)
    14. Mettre à jour l’ADFS A via les commandes suivantes :
      Set-MsolDomainFederationSettings –domainname "domainea.com" –ActiveLogOnUri "https://<url ADFS A>/adfs/services/trust/2005/usernamemixed" –issuerUri "http://<domainea.com>/adfs/services/trust/" –logoffuri "https://<url ADFS A>/adfs/ls/" –metadataexchangeuri "https://<url ADFS A>/adfs/services/trust/mex" –PassiveLogOnUri "https://<url ADFS A>/adfs/ls/"
      Update-MsolFederatedDomain –DomainName "domainea.com" –SupportMultipleDomain

 

Migration

La planification

La planification de la migration est importante. En effet lorsque l’on se réfère au plan d’action on remarque que beaucoup d’actions sont à faire pendant l’interruption de service (de l’étape 6 à l’étape 12). Il est donc important de bien planifier la migration sur un weekend et de vérifier qu’aucune autre action est prévue à cette date là (paye, bilan comptable…).

Il est également très important de communiquer avec les utilisateurs tout au long du projet. Expliquer pourquoi une telle migration (intégration de la messagerie dans la messagerie groupe par exemple), bien indiquer les dates de la migration, prévenir de l’interruption de service et informer des éléments qui ne sont pas pris en compte par cette migration (signature…).

Y penser !

Une fois la migration terminée, le support utilisateur peut être amener à avoir une surcharge de travail. Avoir une équipe renforcée lors des premiers jours post-migration aidera grandement à la résolution des problèmes et à la gestion du stress des équipes.

Les actions post-migrations

Une fois la migration terminée, certaines actions sont nécessaires côté utilisateur (création d’un nouveau profil sur Outlook par exemple) mais aussi côté administrateur (donner de nouveaux droits d’administration aux équipes sur le tenant B par exemple).

Mettre en place un fichier de suivi pour les problèmes rencontrés est fortement conseillé. Cela permet de centraliser et donc de faciliter la résolution des problèmes et de ne pas oublier certains points (notamment si c’est un problème mineur).

 

Voilà qui conclut la seconde partie de mon retour d'expérience. Stay tuned!

Office 365 migration tenant-to-tenant – Retour d’expérience 3/3

Contexte

Cet article divisé en trois parties est un retour d'expérience sur une migration Office 365 tenant-to-tenant.. Voici la dernière partie qui traitera des problèmes rencontrés lors de la migration.

Problèmes rencontrés et solutions

Eléments de calendrier non-migrés

Un point important pour que la migration des calendrier se fasse, la time-zone de la boite aux lettres de destination doit être renseignée. La commande PowerShell suivante permet de mettre à jour cet attribut

Set-MailboxRegionalConfiguration –Identity "<UserPrincipalName>" –TimeZone "GMT Standard Time"

Les valeurs possibles de la time-zone sont indiqués ici : https://support.microsoft.com/en-us/help/973627/microsoft-time-zone-index-values.

Migration OneDrive

Tout comme la migration des éléments de calendrier, la partie OneDrive nécessite une initialisation des comptes cibles pour que la migration s’effectue.

Lors de cette migration j’ai utilisé le script présent à l’adresse suivante pour initialiser l’ensemble des comptes.

https://support.office.com/fr-fr/article/Comment-configurer-des-sites-utilisateur-dans-OneDrive-entreprise-ceef6623-f54f-404d-8ee3-3ce1e338db07

Mauvaise synchronisation des comptes Active Directory

Au moment de la synchronisation de l’Active Directory A vers le tenant B, il est possible que certains comptes ne fusionnent pas avec leur compte cloud correspondant et que des doublons soient présent.

Il peut y avoir diverses raisons à cela :

  • Une erreur dans l’UPN du compte cloud
  • Un contact déjà présent dans le tenant B avec l’adresse email du compte A
  • Un compte invité dans le tenant B avec l’adresse email du compte A

Dans ce cas, il faut tout d’abord supprimer l’objet (le contact ou le compte invité) du tenant B (en le supprimant également de la corbeille O365). Ensuite il faut désynchroniser le compte AD (en déplaçant le compte dans un OU non-synchronisée). Une fois le compte désynchronisé il faut supprimer ce compte de la corbeille O365. Lancer une nouvelle synchronisation pour que la métaverse de l’AD Connect prenne en compte la modification. Enfin resynchroniser le compte AD. Il doit alors fusionner correctement.

Si ce n’est pas le cas, il est possible que le compte cloud ne récupère par l'attribut ImmutableID. Cet attribut est le "lien" entre le compte dans l'Active Directory (et donc celui de la métaverse AD Connect) et le compte cloud O365.

Pour modifier l'attribut il faut de nouveau désynchroniser le compte AD et le supprimer de la corbeille O365 puis il faut utiliser les commandes PowerShell suivantes.

Sur l’Active Directory A :

$adUser = Get-ADUser "<SamAccountName>" –Properties *

$id= $adUser.ObjectGUID | foreach {[system.convert]::ToBase64String(([GUID]($adUser.ObjectGUID)).tobytearray())}

Sur le tenant B :

Set-MsolUser –UserPrincipalName "<UserPrincipalName>" –ImmutableID $id

Resynchroniser le compte AD.

Conclusion

Ce billet termine mon retour d'expérience sur cette migration tenant-to-tenant. J'espère qu'il vous a été utile.

Skype for Business – Accès à la messagerie vocale depuis un téléphone

Contexte

Lors de l’installation d’un téléphone Skype (type Polycom VVX400 ou AudioCodes 440HD) l’appel vers la messagerie vocale de l’utilisateur ne fonctionne pas.

En appelant la messagerie depuis le client Skype for Business l’appel fonctionne.

Solution

La connexion des téléphones au compte Skype de l’utilisateur se fait via les serveurs Skype for Business mais la messagerie vocale se trouve sur les serveurs Exchange (rôle UM) et non pas sur les serveurs Skype for Business.

Pour faire fonctionner les appels vers la messagerie vocale il faut donc ouvrir certains ports des téléphones vers les serveurs Exchange :

Source Destination Ports
VLAN VOIP IP Exchange Server (rôle UM) TCP : 5060, 5061, 5062, 5063, 5065, 5066, 5067, 5068
VLAN VOIP IP Exchange Server (rôle UM) UDP : 1024 à 65535

Exchange / Powershell : Influence du paramètre DomainController

Introduction

 

Exchange bénéficie d'un grand nombre de cmdlet Powershell très abouties et permettant de configurer et d'administrer l'intégralité d'une infrastructure de messagerie. Aussi, celles-ci sont très utiles dans le cas de scripts de provisionning. J'ai rencontré une erreur lorsque je cherchais à créer et à configurer un grand nombre de boites aux lettres de ressources.

 

Contexte

 

L'environnement dans lequel j'ai découvert ce problème est une forêt mono domaine Active Directory avec une infrastructure Exchange 2010 SP3 dans laquelle il y avait plusieurs contrôleurs de domaine dans le même site Active Directory que la totalité des serveurs de messagerie.

 

Plus globalement, cette erreur pourra être rencontrée dès qu'un serveur Exchange pourra être amené à interroger plus d'un contrôleur de domaine.

 

Erreur rencontrée

 

Dans un script de provisionning de boîtes aux lettres, on cherche à les créer mais aussi à les configurer. Si l'on souhaite configurer une boite aux lettres tout de suite après sa création alors on obtient une erreur similaire à celle ci-dessous (“ObjectNotFoundException”) :



Cela peut se retrouver en exécutant l'exemple suivant :



Une ou plusieurs opérations de modification (de type Set-…) vont échouer avec le message d'erreur cité précédemment.

 

Explication

 

Suite à cette erreur, il est logique de penser que cela est dû à l'interrogation de différents contrôleurs de domaine qui n'ont pas encore répliqué entre eux (Une réplication intra site peut prendre quelques secondes).

 

Aussi, on peut se dire qu'il suffit alors de spécifier le paramètre DomainController pour corriger le problème en l'indiquant sur toutes les commandes et en définissant un contrôleur de domaine unique qui traitera toutes les opérations.

 

Cependant, cela ne corrigera pas le problème. Microsoft en donne l'explication dans les fiches Technet des cmdlets :http://technet.microsoft.com/en-us/library/dd335046.aspx.

 

Le paramètre DomainController ne concerne que le contrôleur de domaine qui va écrire les modifications dans Active Directory. Cependant, un autre contrôleur de domaine  peut être utilisé pour lire l'objet avant d'écrire les changements sur celui spécifié en paramètre.

 

Aussi, pour une cmdlet de type Get-… (lecture), le paramètre DomainController sera bien le contrôleur de domaine sur lequel l'objet sera lu (cela sera utile pour mettre en place l'une des solutions proposées).

 

Solution

 

Pour résoudre ce problème,  il faut donc attendre que la réplication ait eu lieu sur la totalité des contrôleurs de domaine du site Active Directory de l'infrastructure Exchange. Pour cela, nous avons trois solutions.

 

Solution 1 :

 

Il est possible de séparer la création des boîtes aux lettres et leurs configurations. Cette solution oblige donc a réaliser le provisioning en plusieurs phases.

 

Solution 2 :

 

On peut définir un délai entre l'opération de la cmdlet de création et la cmdlet de configuration via un Start-Sleep par exemple. Cependant, cette solution ne garantit pas que les opérations vont toutes se dérouler correctement. Il faudra sans doute que le délai soit important pour que le provisioning ait un taux de réussite élevé et donc augmenter considérablement le temps d'exécution du script.

 

Solution 3 :

 

La dernière solution est une combinaison des deux précédentes puisqu'elle permet de n'avoir qu'une seule phase de provisioning tout en ayant un temps d'exécution relativement rapide.

 

Cette solution consiste à implémenter une boucle de test de l'opération à réaliser sur le même contrôleur de domaine via la cmdlet de lecture (Get-…).

 

Exemple :



Il est possible d'ajouter une courte pause entre chaque test afin de ne pas surcharger le processus sans pour autant trop pénaliser le temps d'exécution du script. Le paramètre ErrorAction permet d'alléger l'affichage car on connait déjà l'erreur que l'on va rencontrer.

Il ne vous reste plus qu'à choisir la solution que vous préférez.

Retour d'expérience : Migration de tenant Office 365 Partie 2

Introduction

Cet article divisé en deux parties est un retour d'expérience sur une migration entre tenant Office 365. Il ne traitera pas de tous les services disponibles sur Office 365 mais seulement de ceux rencontrés lors de la migration (voir Contexte). La première partie traitait de la migration des licences, du SSO (ADFS) et de Dirsync (http://blog.piservices.fr/post/Retour-dexperience-Migration-de28099un-tenant-Office-365-Partie-1.aspx). Cette seconde partie sera consacré aux autres services d'Office 365 (Yammer, Exchange Online, Sharepoint Online).

Contexte

Pour rappel, la société possédait deux tenant et souhaitait migrer les services de l'un des deux (nommé ici myenterprise1) vers le second (nommé ici myenterprise2). Pour chaque service, un listing des étapes à réaliser sera détaillé.

Exchange Online

Il n'existe pas de réel procédure pour la migration de boîtes aux lettres entre tenant. Le processus ci-dessous est manuel. Globalement, il consiste à exporter les boîtes aux lettres au format PST, à migrer le domaine SMTP puis à recréer les boîtes aux lettres sur le nouveau tenant. Cette procédure est entièrement manuelle. Voici un listing chronologique des étapes à appliquer :

  • Configuration du domaine SMTP sur le nouveau tenant (myenterprise2). Il ne faut bien évidemment pas faire la vérification mais simplement créé les enregistrements et valider qu'ils sont bien visibles avant de passer à l'étape suivante. Cela permet de réduire la coupure de service à quelques minutes. Si les enregistrements DNS ne sont pas créés en amont, le service peut être coupé le temps de la création de ceux-ci et de la propagation dans les DNS (cela peut durer 24H).
  • Création des utilisateurs sur le nouveau tenant (positionnement d'un suffixe UPN en *.onmicrosoft.com). Cela permet de gagner encore un peu de temps sur la coupure de service.
  • Sauvegarde des boîtes aux lettres sur l'ancien tenant (myenterprise1) au format PST (via Outlook par exemple).
  • Changement de domaine des utilisateurs sur l'ancien tenant (myenterprise1). Il suffit de définir leurs suffixes UPN sur le domaine *.onmicrosoft.com afin qu'il n'interfère pas avec la migration du domaine SMTP.
  • Suppression du domaine SMTP de l'ancien tenant (myenterprise1) Office 365.
  • Vérification du domaine sur le nouveau tenant et attribution de l'intention de domaine de type Exchange Online.
  • Changement du domaine d'appartenance des utilisateurs sur le nouveau tenant (mise en place du nouveau domaine SMTP).
  • Activation des boîtes aux lettres pour les utilisateurs sur le nouveau tenant (myenterprise2).
  • Import du PST d'export réalisé précédemment pour chaque boîte aux lettres sur le nouveau tenant (myenterprise2).
  • Reconfigurer les clients Outlook. Il est nécessaire de supprimer le profil et de le recréer pour que la boîtes aux lettres soit accessible.

Toutes les étapes de changements d'UPN sont automatisables via Powershell avec la commande Set-MsolUserPrincipalName (voir script de la section Modification des utilisateurs de la partie 1).

Cette procédure est donc valable pour un faible nombre de boîtes aux lettres. Si le volume de boîte aux lettres est trop important, il reste deux solutions possibles mais plus lourdes et/ou plus onéreuses :

  • Migrer vers une infrastructure On Premise Exchange (scénario prévu par Microsoft) puis rebasculer sur le nouveau tenant Exchange Online.
  • Utiliser des outils de migrations payants.

Sharepoint Online

Comme pour d’autres services Office 365, la migration d’un site Sharepoint Online est manuelle. La migration se déroule en cinq étapes :

  1. Récupération du contenu
  2. Génération d’un modèle
  3. Import du modèle
  4. Intégration du contenu
  5. Paramétrage du nouveau site : il s’agit de reconfigurer les paramètres comme les autorisations utilisateurs.

Nous allons nous intéresser à la migration du contenu, à la génération du modèle de site et à l’import de ce dernier.

Migration du contenu

Afin de migrer le contenu d’un site Sharepoint Online, il faut utiliser OneDrive. Il est nécessaire de se connecter au site web à migrer est de copier tout le contenu du site. Néanmoins si votre site possède moins de 50Mo de contenu, il suffira de l’inclure dans le modèle. En effet, ce dernier peut inclure du contenu si celui-ci ne dépasse pas cette limite de taille.

NB : Il existe aussi des outils de migrations payant.

Génération du modèle de site

La génération du modèle de site se fait via la console d’administration du site (Paramètre du site).

image Dans la section Action du site, il faut choisir “Enregistrer le site en tant que modèle”.

image

Un assistant vous proposera ensuite de donner un nom au modèle et éventuellement d’inclure le contenu du site (cette opération n’est fonctionnelle que si votre contenu pèse moins de 50Mo).

image

Vous pourrez ensuite accéder à la galerie des solutions et télécharger le modèle au format .wsp.

NB : L’option “Enregistrer le site en tant que modèle” n’est parfois pas disponible. Pour l’activer, il faut utiliser Sharepoint Designer 2013. Il est nécessaire d’ouvrir le site depuis ce logiciel en spécifiant son url et de choisir “Options de site” dans le ruban.

image

Enfin, il faut changer la valeur du paramètre “SaveSiteAsTemplateEnabled” à “True” et appliquer le changement. Ainsi, l’option d’enregistrement du site en tant que modèle sera disponible dans les paramètres du site Sharepoint.

image 

Import du modèle de site

Pour importer un modèle de site, il suffit de créer un nouveau site en spécifiant un modèle personnalisé (le modèle devra être fourni ultérieurement).

image

Enfin, il faut ouvrir le nouveau site web et choisir “Galerie Solution” dans lors du choix du modèle. Ce lien vous mènera à une fenêtre permettant de charger le fichier .wsp précédemment créé via le bouton “Télécharger la solution”.

image 

Yammer

Yammer étant un service encore peut intégré avec Office 365, il est plus facile à migrer entre deux tenants. Tout d'abord, il est nécessaire de supprimer le domaine qui correspond au nom du réseau Yammer sur l'ancien tenant(myenterprise1). Il s'agit ensuite de l'ajouter sur le nouveau tenant (myenterprise2).

Si le domaine n'est pas fédéré, il faut que ce dernier soit défini comme domaine par défaut de Yammer. Dans le cas contraire, une erreur est remontée au moment de l'activation du service Yammer. Pour réaliser cette opération, il suffit de se rendre dans le listing des domaines, de sélectionner le bon domaine est de cliquer sur l'option “Définir par défaut”.

Yammer Domain

Nous pouvons ensuite activer Yammer sur le nouveau tenant (myenterprise2). Dans le panneau d'administration d'Office 365, il faut cliquer sur “Tableau de bord” puis choisir “Service Inclus”. Un nouveau panel apparaît sur la droite permettant d'activer Yammer.

Yammer

On peut ensuite confirmer l'activation du service.

Yammer Enable Yammer Enable 2

Le réseau Yammer est rattaché au nouveau tenant dès que le service est activé. Il existe deux types d'administrateurs sur Yammer :

  • des administrateurs déclarés directement dans Yammer
  • des administrateurs héritant de ces droits car ils possèdent le rôle administrateur général du tenant

Les premiers ne subissent aucune perte de droits pendant la migration. Cependant pour la seconde catégorie, il est nécessaire que les utilisateurs aient un compte avec le rôle administrateur général sur le nouveau tenant sinon ils perdront les droits d'administration de Yammer en plus des droits d'administration du tenant (on peut aussi les déclarés directement dans Yammer si on ne souhaitent plus qu'ils soient administrateurs du tenant).

Concernant Yammer Dirsync, comme ce dernier n'interagit pas avec Office 365 (il s'agit d'un second produit de synchronisation différent d'Office 365 Dirsync), il n'y a aucune manipulation à réaliser. Il en est de même pour la configuration du SSO via ADFS.

OneDrive

Concernant OneDrive, il faut, pour chaque utilisateur :

  • Arrêter la synchronisation du dossier
  • Désactiver l'utilisateur sur l'ancien tenant (myenterprise1)
  • Créer son compte sur le nouveau tenant (provisionning manuel ou via Dirsync)
  • Synchroniser le nouveau dossier personnel dans lequel on copiera le contenu qui aura été conservé en local sur la machine.
    OneDrive

Il existe des outils payant si vous souhaitez automatiser le transfert des données entre les deux tenants. Néanmoins, il restera à reconfigurer le client OneDrive.

Conclusion

Contrairement à la migration du SSO et de la synchronisation Dirsync qui est plus structurée (bien qu'il n'existe pas non plus de procédure officielle), la migration de services Office 365 entre tenant est actuellement totalement manuelle et relève plus d'astuces que de réels procédures.

DirSync – Changement de l’adresse e-mail recevant les alertes

Contexte

Lors de la mise en place de DirSync dans une architecture, ce dernier envoie automatiquement des mails lors des problèmes de synchronisation.

Problème

L’adresse e-mail utilisée par DirSync n’est plus consultée et nous ne recevons plus d’alertes.

Solution

DirSync utilise l’adresse e-mail principale du tenant Office 365 (l’adresse enregistrée à la création du tenant). Il faut donc modifier cette adresse pour recevoir les alertes DirSync.

Une fois connecté au portail d’administration d’Office 365, il faut cliquer sur le nom de la société en haut à droite de la page. Puis il est possible de modifier les informations du compte principal, notamment l’adresse e-mail.

image

image

Exchange 2013 CU6 – Problèmes lors de la coexistence avec Exchange 2007

Contexte

Lors d’une migration d’Exchange 2007 vers Exchange 2013 CU6 (dernière version en date) certains problèmes sont rencontrés lors de la coexistence entre les deux systèmes.

Problématique

Les problèmes rencontrés sont les suivants :

  • Problèmes de cohabitation sur le protocole ActiveSync
  • Bascule des bases de données Exchange de façon aléatoire

Ces deux problèmes sont résolus par deux hotfix que Microsoft délivre seulement sur demande au support :

Cependant le passage de ces correctifs peut engendrer deux nouveaux problèmes :

  • Impossibilité d’accéder à l’OWA
  • Impossibilité d’écrire un mail dans OWA

Solution

Pour résoudre ces problèmes il faut se connecter sur le serveur Exchange puis identifiez les deux dossiers suivants :

  • Microsoft\Exchange Server\V15\ClientAccess\Owa\prem\15.0.995.31
  • Microsoft\Exchange Server\V15\ClientAccess\Owa\prem\15.0.995.29
    exchange

Le contenu des dossiers doit être identique. Sauvegardez le contenu du dossier 15.0.995.31 puis copiez les éléments du dossier 15.0.995.29 vers le dossier 15.0.995.31.

N.B : Le CU7 d’Exchange 2013, disponible très prochainement, devrait intégrer les deux correctifs (KB2997847 et KB2997203).

Exchange : Découverte de l'agent de scripting

Introduction

Depuis Exchange 2010, il existe les agents d'extension des Cmdlets. C'est une fonctionalité méconnue (car peu documentée) et pourtant très utile dans beaucoup d'entreprise.

Ces agents permettent d'étendre les fonctionnalités de base d'Exchange. Par exemple lors de la création d'une boîte aux lettres, si une base de données n'est pas renseignée alors un agent se charge d'en choisir une automatiquement. Quelque soit le mode d'administration (Powershell ou via la console graphique EMC), l'agent se lancera. Cela vient entre autre du fait que la console Exchange ne fait qu'exécuter du Powershell en tâche de fond. Il est possible d'obtenir la liste de ces agents en exécutant la Cmdlet suivante dans une session Powershell Exchange :

Voici le r��sultat obtenu sur une infrastructure sans paramétrage particulier de ces agents :

Exchange Extension Agent Listing

Il existe de nombreux agents ; notamment pour la gestion de l'OAB ou des boîtes aux lettres. Dans le résultat obtenu, 2 attributs vont nous intéresser : l'activation et la priorité. Le premier permet simplement de savoir si l'agent est actuellement utilisé ou non. Le second concerne l'ordre d'application. En effet, plusieurs agents peuvent agir sur la même chose (par exemple : le choix de la base de données pour une boîte aux lettres). La priorité permet de définir l'agent qui sera utilisé (celui qui a la priorité la plus basse, les autres ne seront pas utilisés). Pour changer la priorité d'un agent, il suffit d'utiliser la commande suivante :

L'agent qui nous intéresse dans cet article est le "Scripting Agent". Nous allons voir comment l'utiliser ainsi que quels exemples d'utilisation.

L'agent de script

A contrario des autres agents, l'agent de scripting est entièrement customisable par les administrateurs Exchange. Typiquement, il va nous permettre par exemple, de réaliser certaines actions au moment de la création d'une boîte aux lettres et donc de l'exécution de la commande New-Mailbox ou Enable-Mailbox (activer/désactiver POP3/Single item recovery etc, création d'une boîte d'archive, envoi d'un mail automatique à l'utilisateur). On peux aussi imaginer un export automatique de la boîte aux lettres au format PST lorsque la commande remove-mailbox sera lancée. D'autres types d'actions sont réalisables. Elles seront détaillées plus loin dans cet article. Tout type de script Powershell peux être intégré.

Par défaut l'agent de scripting n'est pas activé. C'est pourquoi, on utilise la commande :

Cette commande active l'agent de scripting sur tous les serveurs Exchange de l'organisation.

Attention : Le fichier de configuration doit être présent sur tous vos serveurs Exchange. En effet, si l'agent de scripting est activé et que l'un des serveurs ne possède pas le fichier alors des erreurs peuvent survenir lorsque l'on appelle une commande Powershell ou lorsqu’on lance la console Exchange (impossibilité de se connecter au serveur ne possédant pas le fichier de configuration).

L'agent de scripting ne possède aucune configuration par défaut. Il convient aux administrateurs Exchange de la créer. Celle-ci se fait au travers du fichier ScriptingAgentConfig.xml qui doit être positionné dans le dossier C:\Program Files\Microsoft\Exchange Server\V14\Bin\CmdletExtensionAgents (à moduler suivant le répertoire d'installation d'Exchange). Un exemple existe dans ce même répertoire nommé ScriptingAgentConfig.xml.sample).

Ce fichier contiendra tous nos scripts d'automatisation. Regardons maintenant la hiérarchie de ce fichier XML :

La balise Configuration contient l'ensemble des scripts qui seront utilisés par l'agent de scripting. C'est la balise racine.

Les balises Feature contiennent chaque fonctionnalité que l'on souhaite ajouter. Il peut y en envoir plusieurs au sein d'une balise Configuration. Elle possède chacune 2 attributs :

  • Name : pour le nom que l'on souhaite donner à notre fonctionnalité)
  • Cmdlets : permet de spécifier les Cmdlets Powershell Exchange qui vont déclencher la fonctionnalité. S'il y en a plusieurs, elles doivent être séparées par des virgules (Exemple : "New-Mailbox,Enable-Mailbox").

La balise API Call précice à quel moment la fonctionnalité se déclenche. Elle contient aussi le script qui sera lancé au déclenchement. Il peux y en envoir plusieurs au sein d'une balise Feature. Elle possède un attribut Name qui peut avoir 4 valeurs possibles :

  • OnComplete : Le script fourni sera exécuté lorsque la commande appelé aura déjà été exécuté. Exemple : Après la création d'une boîte aux lettres, on souhaite envoyer un mail de bienvenu à l'utilisateur et activer le Single Item Recovery.
  • Validate : Utile lorsque l'on souhaite valider des attributs. Le script se déclenchera avant l'exécution de la commande. Exemple : On souhaite être sur que les attributs Location et Phone ont été renseignés ou qu'ils respectent une certaine nomenclature pendant la création d'une boîte aux lettres. Ainsi l'administrateur recevra une erreur lors de l'exécution de la commande comme si ces attributs étaient obligatoire. Lorsque le retour est $null alors l'étape de validation est un succès.
  • ProvisionDefaultProperties : Cela permet de définir des valeurs par défaut pour les propriétés d'un objet. Exemple : Lorsque l'on crée une boîte aux lettres Exchange, on peux imaginer une règle qui choisit automatiquement la base de données en fonction de la première lettre du nom de la personne. Attention, dans cet exemple, il est nécessaire de désactiver l'agent Mailbox Resources Management ou de baisser sa priorité en dessous de celle de l'agent de scripting. En effet, l'agent Mailbox Resources Management est en charge de l'attribution automatique d'une base de données si aucune n'est renseignée.
  • UpdateAffectedIConfigurable : Cette API offre la possibilité de définir des propriétés juste avant l'opération de validation.

L'ordre d'exécution des différentes API lorsque l'on exécute une commande Exchange est le suivant  :

ProvisionDefaultProperties - UpdateAffectedIConfigurable - Validate – OnComplete

L'exécution de la commande Powershell Exchange a lieu entre les étapes Validate et OnComplete.

Enfin la balise Common permet de définir des fonctions Powershell pouvant être utilisées dans les scripts des balises ApiCall (A utiliser comme une librairie). On peut aussi charger ses propres scripts Powershell.

La mise en forme du fichier ScriptingAgentConfig.xml est importante. En effet, il apparait que lorsque des espaces inutiles sont présents, Exchange génère une erreur similaire à celle ci-dessous :

ScriptingAgent Error

De plus, un événement est généré :

ScriptingAgent Error Event 

Pour ma part, afin d'éviter tout problème, je me suis rendu compte qu’il ne fallait mieux pas commenter les scripts présents dans le fichier xml.

NB : Une fois l'agent de scripting activé, les modifications du fichier ScriptingAgentConfig.xml sont prises en compte automatiquement.

Exemple d'utilisation avec l'événement OnComplete :

Lorsqu'on utilise l'API OnComplete, la variable $succeeded existe si la commande a réussi. Cela permet de gérer les cas d'échecs (il serait impossible d'effectuer un traitement sur une boîte aux lettres qui n'existerait pas).

L’exemple ci-dessous est un fichier ScriptingAgentConfig.xml permettant d’activer la boîte d’archive et le single item recovery lorsqu’une nouvelle boîte aux lettres Exchange est créée (Commande New-Mailbox et Enable-Mailbox). On remarque que l’on accède aux paramètres définis par l’utilisateur via la variable $provisioningHandler qui contient un hastable nommé UserSpecifiedParameters.

Exemple d'utilisation avec l'événement Validate : 

Ce nouvel exemple montre cette fois-ci l'usage de l'API Validate. Ici, lorsqu'une boîte aux lettres de salle est créée, on vérifie que son nom est bien du type : Salle, XX où XX est un nombre. Si le test échoue alors une erreur est retourné avec un message qui sera affiché pour l’administrateur (que l’action soit réalisée via EMS ou l’EMC).