PI Services

Le blog des collaborateurs de PI Services

SQL Server–La suppression du contenu d’une table ne se termine pas

Contexte

Afin de purger une table, deux solution sont possibles :

“TRUNCATE table Table_a_vider” ou “DELETE from Table_a_vider”

La principale différence entre ces deux commandes est la suivante :

  • TRUNCATE est une commande DDL, cette commande est beaucoup plus rapide, mais son action est irrémédiable,
  • DELETE est une commande DML, sa durée d’exécution dépends du volume de données à traiter.

Ces deux commandes ont malgré tout pour point commun de nécessiter un lock exclusif sur les données à supprimer. Si ce lock n’est pas obtenu, la commande vas continuer de s’exécuter jusqu’à l’obtenir.

Afin de ne pas attendre, il faut détecter la session provoquant le blocage et la stopper si possible.

Résolution

La commande suivante permet de lister toutes les transactions bloquées :

USE Master
GO
SELECT *
FROM sys.dm_exec_requests
WHERE blocking_session_id <> 0;
GO

La commande sp_who2 liste toute les sessions avec leur numéro de SPID, il suffit de retrouver la session remontée par la commande précédente puis de se référer à la colonne “BlkBy” afin d’identifier le process qui la bloque.

image_thumb1

La commande suivante permet d’afficher la commande exécutée par le SPID indiqué, cela permet d’évaluer le risque avant de stopper la session à l’aide de la commande “kill”

dbcc inputbuffer(SPID)

SQL Server–Création d’un job de Vérification de cohérence d’une base SQL

Contexte

Ce post explique comment créer un job qui permet de vérifier automatiquement la cohérence d’une base de donnée.

Résolution

Depuis SQL Server Management Studio, depuis le dossier “Management”, créer un nouveau plan de maintenance :

image

Ajouter la tâche de vérification de l’intégrité de la base depuis la ToolBox :

image_thumb5_thumb

Indiquer les bases à vérifier :

image_thumb7_thumb

Eventuellement, indiquer l’action à réaliser en cas de succès ou d’échec du job :

image_thumb9_thumb

SQL Server–Restaurer une base de données sous un nom logique différent

Contexte

Ce post explique comment restaurer une base de donnée sous un différent nom/emplacement

Résolution

Récupérer le nom logique de la base :

RESTORE FILELISTONLY FROM DISK='c:\backup.bak'

Restaurer la base sous un autre nom logique / emplacement :

RESTORE DATABASE NouveauNomLogique FROM DISK='c:\backup.bak'
WITH 
   MOVE 'NomLogiqueduMDF' TO 'c:\NouveauNomLogiqueduMDF.mdf',
   MOVE 'NomLogiqueduLDF' TO 'c:\NouveauNomLogiqueduLDF_log.ldf'

Windows Update : les Servicing Stack Updates expliquées

Bonjour à tous,

Avec Windows 10, Microsoft a introduit un nouveau type de mises à jour appellées Servicing Stack Updates.

Que concernent-elles ?

Ces mises à jour concernent uniquement le composant Servicing Stack de Windows.

Le Servicing Stack est responsable de deux choses principalement au sein de l'OS Windows :

  • L'installation de mises à jour
  • L'installation de rôles ou de fonctionnalités supplémentaires via la couche CBS (qui inclue elle même les composants SFC et DISM notamment)

Comment sont-elles distribuées ?

Les mises à jour SSU ne sont pas incluses dans les mises à jour mensuelles cumulatives de Microsoft.

Elles constituent des mises à jour entièrement indépendantes et doivent donc être approuvées séparement dans WSUS afin que celles-ci puissent être déployées sur les postes concernés.

Elles seront cependant déployées automatiquement sur les postes ayant pour source Microsoft Update et non WSUS.

Attention, chaque SSU (tout comme les patchs cumulatifs mensuels), sont spécifiques à chaque version (Servicing Branch) de Windows 10 (1607, 1703, ...).

Sont-elles obligatoires ?

La réponse est oui.

Les SSU sont un prérequis pour l'installation de certaines mises à jour mensuelles cumulatives.

Le cycle des SSU est différent de celui des mises à jour mensuelles cumulatives, donc il y a des mises à jour mensuelles cumulatives sans SSU correspondante. Si une SSU est un pré-requis à une MAJ mensuelle cumulative spécificfique, elle le sera également pour les MAJ mensuelles cumulatives suivantes.

Existe t'il une liste des SSU ?

Il est à noter qu'il n'existe actuellement pas de liste officielle référençant toutes les SSU. Si une SSU est un pré-requis à l'installation d'une MAJ mensuelle cumulative, vous la trouverez mentionnée dans le KB de la mise à jour correspondante.
Vous pouvez lancer une recherche à l'URL suivante afin de trouver la dernière SSU en date.

 

Sont-elles désinstallables ?

Au contraire des autres mises à jour Microsoft, les SSU concernant un composant clé de Windows et uniquement lui seul (d'ou leur petite taille contrairement à celle des MAJ cumulatives mensuelles), ces mises à jour ne sont pas désinstallables.

Seule la restauration système peut être envisagée si vous devez vraiment faire marche arrière.

 

 

 

Stratégies de groupe : Déconnexions intempestives de lecteurs réseau

Bonjour à tous !

Aujourd'hui voici un billet pour les personnes rencontrant des problèmes de coupures intempestives sur des lecteurs réseau.

Contexte :

Des utilisateurs travaillant sur des lecteurs réseau vous rapportent des problèmes d'accès intempestifs à leurs fichiers, avec des coupures ou des lecteurs marqués comme déconnectés dans le poste de travail.
Ces coupures peuvent intervenir à n'importe quel moment de la journée et ne suivent pas des intervalles précis.

Cependant les serveurs hébergeant les partages concernés par les coupures semblent être toujours les mêmes, tout comme les postes de travail.

Vous pouvez remarquer que les plantages surviennent aussi lorsque les fichiers sont utilisés sur de longues periodes (applicatif sur un lecteur réseau par exemple).

Solution :

Depuis Windows Server 2012 R2 ainsi que Windows 8, Microsoft a introduit une nouveauté dans le traitement des stratégies de groupe.

Le traitement des paramètres de préférences de stratégies de groupe (les fameuses Group Policy Preferences), et plus particulèrement celles concernant les lecteurs réseau se passe désormais en arrière-plan (background processing) et non plus uniquement à l'ouverture de la session d'un utilisateur (foreground processing).

En conséquence, quand vos lecteurs réseau sont mappés avec l'option Replace et non l'option Update, chaque rafraîchissement de la stratégie de groupe concernée entrainera une suppression du lecteur réseau, puis sa re-création provoquant ainsi une coupure temporaire.

C'est donc une nouvelle Best Practice à adopter, l'option Replace ne doit être utilisée que lorsque vous avez besoin d'écraser un paramètre pour le remplacer par un différent (je pense notemment à des mappages d'imprimantes lors d'un changement d'imprimante), l'option Update doit désormais être préférée pour tous les éléments ne devant pas être écrasés mais simplement mis à jour.

A bientôt,

 

 

Windows Server Core : Récupérer la main sur une console fermée

Bonjour à tous !

Aujourd'hui voici un court billet pour les personnes travaillant sous Windows Server Core.

Contexte :

Vous travaillez sur Windows Server Core, donc sans aucune GUI installée.

Vous êtes connecté au serveur à travers une connexion RDP.

Pour une raison X ou Y, au cours de votre session de travail, vous fermez malencontreusement votre invite de commande ou console PowerShell et vous n'avez plus aucun moyen de l'ouvrir !

Problématique :

Habituellement, le seul moyen de relancer une invite de commande ou une console Powershell est de passer par le Gestionnaire des tâches, qui peut s'ouvrir à l'aide la commande Ctrl+Alt+Suppr.

Si vous accéder au serveur en utilisant une connection à distance avec un rebond, la commande Ctrl+Alt+Suppr n'est pas prise en compte au sein du dernier bureau à distance ouvert, donc vous ne pouvez pas ouvrir le Gestionnaire des tâches via le raccourci habituel.

Solution :

Il existe cepandant un raccourci afin d'ouvrir le Gestionnaire des tâches, qui est Ctrl+Shift+Escape

Ensuite, il suffit de cliquer sur le menu File puis sur Run New Task afin de relancer au choix l'exécutable correspondant à la console Invite de commande ou à la console Powershell.

Bonus :

Voici la liste des consoles toujours accéssibles sous Windows Server Core et celles qui ne le sont plus :

Application

Server Core

Server with Desktop Experience

Command prompt

available

available

Windows PowerShell/ Microsoft .NET

available

available

Perfmon.exe

not available

available

Windbg (GUI)

supported

supported

Resmon.exe

not available

available

Regedit

available

available

Fsutil.exe

available

available

Disksnapshot.exe

not available

available

Diskpart.exe

available

available

Diskmgmt.msc

not available

available

Devmgmt.msc

not available

available

Server Manager

not available

available

Mmc.exe

not available

available

Eventvwr

not available

available

Wevtutil (Event queries)

available

available

Services.msc

not available

available

Control Panel

not available

available

Windows Update (GUI)

not available

available

Windows Explorer

not available

available

Taskbar

not available

available

Taskbar notifications

not available

available

Taskmgr

available

available

Internet Explorer or Edge

not available

available

Built-in help system

not available

available

Windows 10 Shell

not available

available

Windows Media Player

not available

available

PowerShell

available

available

PowerShell ISE

not available

available

PowerShell IME

available

available

Mstsc.exe

not available

available

Remote Desktop Services

available

available

Hyper-V Manager

not available

available

 A bientôt,

Exchange 2010 – Page OWA vide après le passage d’un RU

Contexte

Après le passage d’un Rollup Update, lorsque vous vous connectez à l’OWA la page ne se charge pas et reste vide.

Dans le journal d’évènement l’erreur suivante est présente :

Outlook Web App couldn’t initialize.
A base theme couldn’t be found. The base theme must be in a folder with name = “base”

AA1

Solution

Pour résoudre cette erreur, il faut lancer le script UpdateCas.ps1 qui se trouve dans le dossier Scripts présent dans le répertoire d’Exchange Server.

A1

Exchange 2010 – Erreur “Flow of control cannot leave a Finally block”

Contexte

Lors d’un passage d’un Rollup Update ou d’un Service Pack (voir lors de l’utilisation d’un script PowerShell fourni par Microsoft), l’assistant d’installation d’Exchange 2010 échoue et l’erreur suivante est présente dans les logs :

Flow of control cannot leave a Finally block.

1

Solution

L’erreur provient d’une incompatibilité entre votre version de PowerShell et le script.

Pour résoudre l’erreur il faut regarder dans le fichier de log quel script et quelle ligne pose problème.

Ici c’est le script ManageScheduledTask.ps1 ligne 462 qui contient la commande return $success qui est en erreur.

2

Pour la résoudre il faut remplacer le return $success par Write-Output $success.

3

Une fois le script modifié, relancer l’assistant d’installation.

SCOM - Configurer Visual Studio 2017 pour les VSAE

Petite astuce très rapide, mais qui vous épargnera peut être une séance d’arrachage de cheveux :

Microsoft a communiqué il y a quelques mois sur la mise à jour des Visual Studio Authoring Extension (qui permettent de développer des management packs dans visual studio) pour offrir la compatibilité avec Visual Studio 2017, ce qui était très attendu.

Malheureusement, aucune documentation (à ma connaissance) n’indique une subtilité : si vous vous contentez d’installer Visual Studio 2017 (édition communauté ou autre) puis la dernière version des VSAE et que vous essayez de créer un nouveau projet « Management Pack », vous allez obtenir l’erreur suivante :

 

Impossible de charger le fichier ou l’assembly ‘Microsoft.VisualStudio.Modeling.Sdk.15.0 Version=15.0.0.0, Culture=neutral, PublicKeyToken=b03f5f7f11d50a3a’ ou une de ses dépendances. Le fichier spécifié est introuvable.

C’est parce qu’il vous manque un composant de VS 2017, dont la nécessité n’était certes indiqué nulle part…

Lancez donc une nouvelle fois le Visual Studio Installer, onglet Composants Individuels, et ajoutez le composant « Modeling SDK » disponible à la rubrique « SDK, bibliothèque et frameworks » :

 

Vous devriez maintenant pouvoir accéder aux projets Management Pack !

 

SCOM - Passer la console web en HTTPS

La console SCOM web est très souvent initialement déployée en HTTP simple :  l’utilisation du HTTPS pour les sites web accédés uniquement en local commence tout juste à se démocratiser, le certificat SSL n’a pas forcément été prévu au moment de déployer l’infrastructure SCOM…

Les demandes pour migrer la console en HTTPS commencent cependant à se multiplier, notamment à l’occasion d’un upgrade in-place des infrastructures SCOM 2012 vers 2016 (le cas de SCOM 1801 est un peu différent, la console web ayant totalement été refaite).

On pourrait imaginer qu’il suffit de passer le Default Web Site en HTTPS dans IIS, mais il n’en est rien. Si on se contente de ce paramétrage, la connexion à la console échoue avec le message suivant :

 

System.ServiceModel.CommunicationException: [HttpWebRequest_WebException_RemoteServer]
Arguments: NotFound
Debugging resource strings are unavailable. Often the key and arguments provide sufficient information to diagnose the problem. See http://go.microsoft.com/fwlink/?linkid=106663&Version=5.1.30214.0&File=System.Windows.dll&Key=HttpWebRequest_WebException_RemoteServer ---> System.Net.WebException: [HttpWebRequest_WebException_RemoteServer]
Arguments: NotFound
Debugging resource strings are unavailable. Often the key and arguments provide sufficient information to diagnose the problem. See http://go.microsoft.com/fwlink/?linkid=106663&Version=5.1.30214.0&File=System.Windows.dll&Key=HttpWebRequest_WebException_RemoteServer ---> System.Net.WebException: [HttpWebRequest_WebException_RemoteServer]
Arguments: NotFound

 

Il faut en réalité aussi modifier la configuration de SCOM à deux niveaux :

 

  • Dans le fichier x:\Dossier D’installation\Operations Manager\WebConsole\WebHost\Web.config, dans partie <services>, il faut modifier bindingConfiguration="DefaultHttpBinding" en bindingConfiguration="DefaultHttpsBinding"
  • Dans la clé HKLM\Software\Microsoft\System Center Operations Manager\12\Setup\WebConsole\  de la base de registre, il faut paramétrer :
    • HTTP_GET_ENABLED=false
    • BINDING_CONFIGURATION=DefaultHttpsBinding

 

Ne reste plus qu’à redémarrer iis (iisreset.exe) et le tour est joué!